Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 23:28

LE SUIVI DU PROPHÈTE

(que la prière et la paix d'Allah soient sur lui)
 
Écrit par le grand savant Sâlih al 'Outhaymîne
-qu'Allah lui fasse miséricorde-
 
 
Le suivi, ne se concrétise que par six caractéristiques : que l’adoration corresponde à la législation dans sa cause, son genre, sa quantité, sa manière, sa période et son lieu.
 
1)    Que l’adoration soit identique à la législation dans sa cause.
 
Quiconque adore Allah par l’intermédiaire d’une adoration basée sur une cause que la législation n’a pas confirmé, cette adoration est alors rejetée car elle ne provient pas de l’ordre d’Allah et de son messager.
Et l’exemple de cela, la célébration de l’anniversaire du prophète ou encore de la nuit du 27 du Mois de Rajab, en prétendant que l’ascension du prophète se réalisa lors de cette nuit. Cette célébration n’est point en accord à la législation et est rejetée.
Premièrement : car, du point de vue historique, il n’a pas été confirmé que l’ascension du messager se réalisa la nuit du 27 de rajab. Et dans les livres de hadith que l’on a entre nos mains, pas une seule lettre ne prouve que l’ascension du prophète s’est produite le 27 de rajab. Et il est connu que cette information fait partie des informations qui ne peuvent être confirmées que par des chaînes de rapporteurs authentiques.
Deuxièmement : même si nous supposons que cela soit confirmé serait-il de notre droit qu’on insère à cette date une adoration ou une fête ? Jamais.
Et c’est pour cela que le prophète, lorsqu’il entra à Médine et vit les Ansares (habitants de médina) célébrant 2 jours dans lesquels ils s’amusaient, dit :
«  Certes Allah a changé pour vous ces deux là (les fêtes) par mieux qu’elles » et il leur évoqua la fête du Fitr et celle de l’Adha.
Et cela prouve la répugnance du prophète pour toute célébration introduite dans l’Islam à l’exception des fêtes islamiques, et elles sont au nombre de trois : Deux fêtes annuelles, aid el Fitr et aid el Adha, et une fête hebdomadaire qui est le vendredi.
Et donc, à supposer que l’ascension du prophète  soit confirmée la nuit du 27 rajab (et cette confirmation est loin d’être fondée) il nous est impossible d’insérer à cet évènement quoique ce soit sans la permission du Législateur.
Et comme je vous l’ai dit : L’innovation est une chose qu’il ne faut pas prendre à la légère. Et les traces qu’elle laisse sur le cœur sont néfastes même si l’homme dans ces quelques instants éprouve une sensation de légèreté et de douceur.
La sensation sera après peu, tout à fait le contraire car la joie du cœur dans le faux ne dure point, plutôt elle est suivie par la douleur et le regret. Et toute innovation possède un danger, car elle implique un manquement vis-à-vis du message, car la déduction de cette innovation est que le messager n’a pas achevé la législation malgré qu’Allah ai dit :
 
 
[…Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam pour vous comme religion…] (sourate Al-Maidah verset 3)
 
Et ce qui est étrange, c’est que certains, éprouvés par cette innovation, persévèrent fermement dans son application alors qu’ils se laissent aller dans ce qui est plus bénéfique, authentique et sérieux.
C’est pour cela que nous disons que la célébration de la nuit du 27 rajab, si l’on considère que c’est la nuit lors de laquelle s’est réalisée l’ascension du prophète, est une innovation car elle est basée sur une raison que la législation n’a pas donné.
 
2)    Que l’adoration corresponde à la législation dans son genre.
 
Par exemple l’immolation d’un cheval. Si un homme venait à sacrifier un cheval, ceci serait opposé à la législation dans son genre.
 
3)    Que l’adoration corresponde à la législation dans sa quantité.
 
Si quelqu’un venait a dire qu’il prie Le Dohr (prière du midi) six rakat (unités de prière), son adoration serait-elle en accord avec la législation ? Non, car elle ne correspond pas dans sa quantité.
Et si quelqu’un venait à dire « gloire à Allah et louange à Allah et Allah est le plus grand » 35 fois après chaque Salat (prière) prescrite, cela serait-il correct ?
La réponse : Nous disons que si tu as voulu prendre le nombre comme adoration tu es en erreur, et si tu as voulu l’ajout sur ce qu’a légiféré le messager tout en sachant que ce qui a été légiféré est 33 fois, alors l’ajout ici est sans mal, car tu les as séparés dans ton intention et tu n’a pas pris ce nombre comme adoration. 
 
4)    Que l’adoration corresponde à la législation dans sa manière.
 
Si quelqu’un mettait en application une adoration correcte dans son genre, sa quantité et sa raison, toutefois elle est en opposition à la législation dans sa manière, cette adoration n’est point valable
Exemple de cela : un homme a perdu ses ablutions, il refait donc ses ablutions, mais il lave tout d’abord ses pieds puis essuie sa tête, puis lave ses avant bras puis enfin son visage. Ses ablutions sont-elles correctes ?
Non, car il s’est opposé à la législation dans la manière.
 
5)    Que l’adoration corresponde à la législation dans sa période.
 
Par exemple : un homme jeûne le mois de chaban ou chawel au lieu de jeûner le mois de Ramadan. Ou encore qu’il prie le dohr (prière du midi) avant le zénith ou après que l’ombre de toute chose devienne de la même taille que celle-ci. Car s’il prie le dohr avant le zénith, il l’aura prié avant son temps. Et s’il prie après que l’ombre de toute chose ait atteint la même taille que celle-ci, alors il aura prié après son temps, donc sa prière ne sera pas valable.
Et de ce fait, nous disons que si l’homme a délaissé la prière volontairement jusqu’à ce qu’elle sorte de son temps, et cela sans excuse valable, sa prière ne sera pas acceptée, même s’il prie mille fois.
Et de là, on tire une règle importante dans ce chapitre qui est : “Toute adoration délimitée par une période, si l’homme la sort de son temps sans excuse valable, elle ne sera pas acceptée, au contraire elle sera rejetée et la preuve de ceci est le hadith rapporté par Aicha :« Tout acte non-conforme à nos enseignements est à rejeter. »
 
6)    Que l’adoration corresponde à la législation dans son lieu.
 
Si un homme venait à stationner le jour de Arafat (le 9 de Dhul hijja) a Muzdalifah, alors son stationnement ne serait pas valable, pour l’absence de correspondance dans le lieu entre l’adoration et la législation.
Et lorsque le prophète  vit quelques-unes de ces femmes élevaient des tentes dans la mosquée, il ordonna de défaire leurs tentes et d’annuler leur retraite spirituelle, et il ne les orienta pas vers une retraire spirituelle dans leurs maisons, et cela prouve que la femme ne peut se retirer spirituellement dans sa maison car ceci est contraire à la législation dans le lieu.
 
Voilà donc les six critères, dont le regroupement est nécessaire pour que le suivi soit correct.
Et Allah est plus savant et que la prière et le salut soit sur Mohamed, sa famille, et ses compagnons.
 
Écrit par le grand savant Mouhammad ibn Sâlih al 'Outhaymîne
-qu'Allah lui fasse miséricorde-
 
Traduit par l’association Aux Sources de l’Islam
Puisse Allah les récompenser par la meilleure des récompenses!!
Partager cet article
Repost0
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 23:18
ILS MÉCROIENT Á LEUR INSU
 
Écrit par le savant Sâlih ibn Abdallah El Sayyah
 
 
Différentes formes de mécréance et d’innovation répandues parmi les gens 
Le musulman peut-il mécroire à son insu ?? 
 
1.    Allah Le Très Haut dit :
{…Ne vous excusez pas, vous avez bel et bien mécru après avoir eu la foi} (Le Repentir, v66)
 
2.    Le Prophète – Qu’Allah prie sur lui et le salue – a dit : « Empressez-vous de faire de bonnes œuvres ; il y aura des épreuves telles les heures successives de la nuit obscure. La personne sera musulmane le matin, et deviendra mécréante le soir ; elle sera musulmane le soir, et se retrouvera le lendemain matin mécréante, pour avoir vendu sa religion contre un bien de la vie d’ici-bas. »Rapporté par Muslim.
 
3.    Dans un hadith authentique rapporté par Abû Sa°îd El Khudrî, °Alî ibn Abî Tâlib et d’autres, le Prophète – Qu’Allah prie sur lui et le salue – a dit :
« Sortira de cette communauté un groupe de gens[1], dont vous mésestimerez votre prière face à la leur, votre jeûne face au leur, votre psalmodie face à la leur, et vos actions face aux leurs. Ils diront des paroles parmi les meilleures de la création. Ils réciteront le Coran d’une voix suave et douce, mais il ne dépassera pas leurs gorges, ils penseront qu’il plaidera en leur faveur, mais en fait, il témoignera contre eux. Ils s’écartent de l’Islam comme la flèche s’écarte de son arc, puis ils n’y reviennent pas. Ce sont les pires de toute la création, et parmi les plus détestées des créatures d’Allah. »  
Mais qu’est-ce que la mécréance ?? 
Dans la langue arabe, le mot « kafara » signifie : cacher ou renier. En Islam, cela signifie faire un acte qui s’oppose à la foi. L’incroyance est de deux sortes :
La mécréance majeure : c’est d’annuler la foi en délaissant un de ses principes fondamentaux, sans lequel l’Islam n’est pas valable. Elle a plusieurs formes : démentir, douter, se détourner de la foi en sachant que c’est la vérité par négligence ou orgueil, commettre le polythéisme, être hypocrite.
La mécréance mineure : c’est de diminuer la foi en commettant un acte interdit, qui a été décrit comme de l’incroyance dans la législation musulmane, parce qu’il constitue un reniement des droits d’autrui. Elle n’exclut pas la personne de l’Islam et n’annule pas les œuvres, parmi ses formes : renier les bienfaits, considérer un musulman comme mécréant, combattre un musulman, renier les actes méritoires du conjoint, critiquer l’origine d’une personne, se lamenter d’un décès, s’enfuir (pour un domestique), s’attribuer une filiation à autre que son père… 
Différentes formes de mécréance majeure qui excluent la personne de l’Islam 
Saches que les juristes musulmans ont consacré dans leurs livres un chapitre spécial intitulé « Règles de l’apostasie ». Ils y ont cité des dizaines d’actions, de paroles et de croyances qui excluent de l’Islam celui qui commet une seule d’entre elles… Reviens donc à leurs explications pour vérifier l’authenticité de ton Islam et de ton monothéisme !! Nous citerons quelques-unes unes des formes d’incroyance majeure :
1. Appeler à la laïcité ou l’accepter, car elle constitue en fait le combat contre la religion, afin de l’écarter de la vie apparente et du système de l’état. De la même façon, s’affilier à une autre idéologie athée, comme le communisme ou le capitalisme.
2.  Croire que les lois humaines sont meilleures que les lois de l’Islam, ou que l’Islam est archaïque ou qu’il ne correspond plus à notre époque. De même, il est obligatoire pour les gouvernants d’appliquer les lois révélées par Allah, ainsi que pour chaque membre de la société, entre eux et chacun de son côté.
3.  Croire que la religion se résume aux actes d’adoration : prière, zakat, jeûne, pèlerinage, et n’englobe pas les autres aspects de la vie. Également, croire qu’il est permis de s’écarter de la religion ou des lois de la jurisprudence musulmane (charia).
4.  Combattre, haïr ou se moquer d’une chose ordonnée par Allah, même en l’appliquant. Par exemple : le hidjab, la non-mixité, la barbe…
5.  Ne pas comprendre le sens de « Il n’y a pas de vraie divinité sauf Allah », car le dire sans en comprendre le sens n’est d’aucun intérêt et ne fait pas entrer dans l’Islam. Son sens est : j’adore Allah uniquement par des adorations légiférées, je n’adore nul autre que Lui, je ne Lui associe rien, c’est mon unique adoré, c’est vers Lui que je me tourne par mes prières, mes invocations, ma confiance, mon espérance, tous mes actes d’obéissance et mon amour sincère.
Il n’y a donc rien qui mérite d’être adoré en dehors d’Allah. Parmi les erreurs répandues, croire que son sens est : il n’y a pas d’autre créateur, ni d’autre pourvoyeur qu’Allah.
6.  Croire que l’attestation de foi n’est qu’une parole qui n’est pas suivie d’actes.
7.  Se détourner complètement de l’Islam, ne pas en apprendre les principes, ne pas les appliquer, n’y accorder aucune attention.
8.  Délaisser la prière et ne pas l’accomplir du tout.
9.  Considérer les compagnons comme mécréants, ou égarés, tous ou en partie.
10.   Ne pas considérer comme mécréants les polythéistes, les juifs, les chrétiens, ou douter de leur incroyance.
11.     Être allier des mécréants, juifs, chrétiens ou autres, en les aimant et en les aidant contre les croyants.
12.     S’affilier à des groupes nationalistes ou raciaux qui s’opposent à l’Islam.
13.     Associer à Allah (chirk), j’ai détaillé ce point dans un autre dépliant intitulé « Ils associent à leur insu ». Consultez-le donc.
14.     Pratiquer la sorcellerie, l’apprendre ou l’enseigner, par l’intermédiaire des démons.
15.     Prétendre connaître l’inconnaissable, par exemple : lire dans le marc de café, pratiquer l’astrologie, la voyance, la sorcellerie, la géomancie, les actes divinatoires…Tous sont des charlatans et des menteurs, ils prétendent connaître les choses inconnues passées, présentes ou futures, pouvoir guérir les maladies et avoir des illuminations. Ils s’entraident pour cela des djinns et des démons, de talismans polythéistes, de séries de lettres écrites et profèrent des paroles incompréhensibles. Ils demandent le nom de la mère du malade, ainsi qu’un objet portant son odeur, puis demandent d’égorger une bête, et informent le malade de plusieurs détails personnels le concernant afin qu’il s’attache à eux et leur fasse confiance. Saches que des milliards d’euros sont dépensés chaque année dans le charlatanisme !
16.     Croire que certains connaissent l’inconnaissable avec Allah, se rendre chez eux et les questionner, même si c’est par téléphone ou dans des émissions radio, croire en leurs paroles ou être d’accord avec eux. Par exemple : lire l’horoscope dans les magazines, il faut cesser cela car c’est démenti par la parole d’Allah Le Très Haut :
{Dis : Personne dans les Cieux et la Terre ne connaît l’Inconnaissable sauf Allah} (Les Fourmis, v.65) Mais celui qui se rend chez eux, sans croire à leurs paroles, n’a pas mécru, mais il a commis un grand péché, le Prophète – Qu’Allah prie sur lui et le salue – a dit : « Aucune prière ne lui sera acceptée durant quarante jours. »
17.     Renier une chose de la religion connue de tous, en ayant reçu la preuve tirée du Coran et de la Sunna. Par exemple : l’interdiction de l’alcool, de la fornication, de la sodomie, …
 
Interdictions, innovations et superstitions diverses
1.  Rechercher la bénédiction en s’essuyant sur la Kaaba, sur ses murs, son tissu, sa porte. Par contre, il est souhaitable de toucher la pierre noire et de l’embrasser, et de toucher le coin yéménite sans l’embrasser [car le Prophète – Qu’Allah prie sur lui et le salue – l’a fait et non pas pour obtenir la bénédiction]
2.  S’essuyer sur les portes, les murs, les grillages de la mosquée sacrée de La Mecque ou autre. De même pour les murs de la maison du Prophète – Qu’Allah prie sur lui et le salue.
3.  Rechercher la bénédiction en allant à la grotte Thawr ou la grotte Hirâ ou tout autre lieu par lequel est passé le Prophète – Qu’Allah prie sur lui et le salue – ou l’un de ses compagnons, ou un saint.
4.  Croire que porter des talismans et des amulettes, ou les accrocher dans la maison, ou les mettre sous son oreiller, ou dans sa voiture, est un moyen de se protéger contre le mal, le mauvais œil ou la jalousie des gens. Quelle que soit la forme de ces talismans : en pierre ou en métal. De même, s’ils contiennent des versets coraniques ou des hadith prophétiques, d’après l’avis le plus authentique des savants.
5.  Croire que porter des bracelets, des cordages ou autres, est un moyen d’apaiser les maux ou les repousser.
6.  Invoquer Allah par un intermédiaire de façon illicite. Il y a deux sortes d’invocation par un intermédiaire :
Innovée : Par exemple invoquer Allah par l’honneur du Prophète – Qu’Allah prie sur lui et le salue – ou par des créatures ou par leurs dignités ou par l’âme d’un mort ou d’un vivant…
Autorisée : Par exemple invoquer Allah par ses Noms et Attributs, par la foi et les bonnes œuvres, ou bien en demandant à un homme pieux et vivant d’invoquer pour soi.
7.  S’allier à sa tribu, son pays, son parti, son groupe, au lieu de s’allier à la foi et aux croyants, suivant le degré d’adoration à Allah.
8.  Organiser différentes fêtes pour se rapprocher d’Allah ou en imitant les mécréants. Par exemple : fêter la naissance du Prophète – Qu’Allah prie sur lui et le salue – ou l’hégire, ou le nouvel an grégorien ou de l’hégire, ou la nuit de l’Ascension, ou la nuit de la moitié du mois de Cha°bân, ou encore veiller toute cette nuit, ou la 27ème nuit du Ramadan, ou la fête des mères, ou les anniversaires, ou adorer Allah en jouant du tambourin, en récitant des poèmes, ou réciter des invocations en groupe d’une seule voix.
9.  Chercher à ressembler aux mécréants dans ce qui leur est propre.
10.   Ériger des statues, ou accrocher des photos.
11.   Être pessimiste et croire en la malchance, c.-à-d. penser qu’un mal ou une calamité va se produire, à cause d’une chose qui n’est prouvée ni par la religion, ni par des moyens perceptibles. Par exemple : ne pas se marier, ni voyager, ni faire du commerce pendant le mois de Safar, par superstition.
12.     Suivre une voie innovée égarée et déviée, qui n’a pas été appliquée par le Prophète – Qu’Allah prie sur lui et le salue – ni les pieux prédécesseurs. Par exemple : les Tijanites, les Chadhilites, les Qadirites, les Djilanites…
13.     Avoir une mauvaise opinion d’Allah, en pensant qu’Il ne lui pardonnera pas ses péchés, qu’Il n’exaucera pas ses invocations, qu’Il ne lui fera pas miséricorde…
14.     Distribuer des livres qui contiennent des innovations et des actes illicites, par exemple : la soi-disant recommandation de Cheikh Ahmed, un des employés de la mosquée de Médine. 
Paroles illicites qui contredisent la croyance 
1.    Dire : Untel est le plus riche des riches, ou le roi des rois, ou il fait se qu’il veut, ou il est le chef des chefs, ou le juge des juges…
En effet, le Prophète – Qu’Allah prie sur lui et le salue – a dit : « Le pire des noms pour Allah : qu’un homme se surnomme le roi des rois. Il n’y a de Possesseur qu’Allah. »
2.    Dire : Ô Allah donne-moi si Tu veux, ou pardonne-moi si Tu veux. En effet, le Prophète – Qu’Allah prie sur lui et le salue – a dit : « Si l’un d’entre vous invoque, qu’il soit ferme dans sa demande et qu’il ne dise pas : Ô Allah si Tu veux… »
3.    Dire à son frère : Mécréant ! Juif ! Chrétien ! Ennemi d’Allah ! En effet, le Prophète – Qu’Allah prie sur lui et le salue – a dit : « Quiconque dit à son frère : mécréant ! Cette parole retombera sur l’un des deux. »
4.    Dire : le destin a voulu que, la nature a voulu que, les circonstances ont voulu que, la puissance d’Allah a voulu que, le destin s’en est mêlé… Car la volonté ne revient qu’à Allah seul.
5.    Il ne méritait pas ça, untel ne méritait pas telle maladie, ou telle catastrophe. Ceci est interdit, car c’est protester contre Allah de ce qu’Il a prédestiné.
6.    Untel est loin du pardon, ou loin du bien, ou loin de la bonne voie, ou loin du Paradis, ou loin de la miséricorde d’Allah. En effet, le Prophète – Qu’Allah prie sur lui et le salue – a dit : « Allah dit : Qui ose jurer en mon Nom que Je ne pardonnerais pas à untel ? Je lui ai pardonné et J’ai annulé toutes tes œuvres ! »
7.    Les expressions suivantes : Allah est injuste avec toi, Allah demande de tes nouvelles, qu’Allah trahisse celui qui trahit, Ô Seigneur pense à untel (une personne décédée), Le Tout Miséricordieux mange avec toi, Ô Seigneur qu’ai-je fait, demain je ferais ceci et cela (sans dire inchallah), si j’avais fait ça (car dire si en regrettant ouvre la voie au diable), untel a été enterré dans sa dernière demeure, insulter le temps.
 
Sâlih ibn Abdallah El Sayyah
Université du Roi Abdel Aziz
Traduction : Abu Ahmed
Partager cet article
Repost0
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 23:08
http://forum.hardware.fr/hfr/Graphisme/Infographie-2D/photoshop-remplace-transparence-sujet_23657_1.htm
LES ANNULATIONS DE L’ISLAM 
Écrit par le grand savant Abdul Aziz Ibn Baz
-qu'Allah lui fasse miséricorde-
 
Au Nom de Dieu seul et unique, et bénédiction et paix sur le dernier des prophètes sur sa famille et ses compagnons, ainsi que sur tous ceux qui suivent sa voie. 
 
Introduction 
 
Apprends, ô! Frère musulman, que le Bon Dieu a prescrit à tous les êtres humains d’adopter la religion de l’Islam, de s’en tenir à ses commandements et d’éviter tout ce qui la viole. Il a envoyé Son prophète Muhammad (Paix et bénédiction de Dieu sur lui) pour inviter les gens à cette relation. Il (Dieu) nous a informé (gloire à lui) que celui qui suit son Prophète sera bien guidé, et celui qui s’en éloigne sera égaré. Il nous a mis en garde dans plusieurs versets du Coran contre les causes de l’apostasie et touT autre genre d’association de divinités et de Kufr. Les savants théologiens (que Dieu leur soit Miséricordieux) ont mentionnés, dans le chapitre concernant l’apostasie, que le musulman peut devenir apostat pour plusieurs sortes de contradictions qui le rendent passible de la peine capitale et permettent de lui confisquer ses biens, car il est alors considéré comme ayant renié l’Islam. 
Parmi les plus dangereuses violations souvent rencontrées les dix que nous mentionnons ci –après succinctement pour vous permettre de les éviter, vous et vos confrères.
 
La première de ces dix violations
 
C’est d’associer à Dieu, dans Son adoration, d’autres divinités. Dieu le Très Haut a dit :
« Certes, Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne des associés. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. »Sourate ‘Les femmes’ verset 116
 
De même Il a dit :
« Quiconque associe à Allah (d'autres divinités), Allah lui interdit le Paradis ; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs ! »Sourate ‘La table servie’ verset 72
Et de ces genres de polythéisme, l’invocation des morts, leur appel au secours, leur faire des vœux et leur présenter des immolations. 
 
La deuxième violation 
 
L’acceptation des intermédiaires entre Dieu et soi même, leur invocation pour leur demander d’intercéder en sa faveur auprès de Dieu, en se fiant complètement à eux. Celui là devient impie d’après l’unanimité des savants théologiens exégètes.
 
La troisième violation 
 
Celui qui ne considère pas les polythéistes comme impies ou doute de leur impiété (Kufr) ou bien justifie leur croyance, celui-là devient lui-même (Kafir) apostat.
 
La quatrième violation 
 
Celui qui croit que la guidée vers le droit chemin d’une autre personne que le Prophète Muhammad (bénédiction et paix de Dieu sur lui) est plus parfaite que la sienne, ou bien que les jugements et principes d’autres personnes sont meilleures que ceux de Muhammad, comme par exemples, ceux qui accordent leurs préférences aux jugements et principes des Taghoutes (Tyrans démoniaques) plutôt qu’à Muhammad.
 
La cinquième violation
 
Celui qui hait et déteste quelques principes ou préceptes de ceux que nous a enseignés Muhammad (bénédiction et paix de Dieu sur lui), même s’il les pratique, et aussi impie, parce que Dieu, le Très Haut a dit dans le saint Coran :
« C'est parce qu'ils ont de la répulsion pour ce qu'Allah a fait descendre. Il a rendu donc vaines leurs œuvres. »Sourate ‘Mohamed’ verset 9. 
 
La sixième violation 
 
Celui qui tourne en dérision quelque principe de la religion du Messager de Dieu (bénédiction et paix de Dieu sur lui) ou nie sa récompense ou son châtiment, est aussi impies. Voici l’évidence divine dans le Coran : 
« Dis : " Est- ce d'Allah, de Ses versets (le Coran) et de Son messager que vous vous moquiez ? " Ne vous excusez pas: vous avez bel et bien rejeté la foi après avoir cru. » Sourate ‘le repentir’ verset 65 et 66  
 
La septième violation 
La magie diabolique, dont entre autres, toutes œuvres démoniaque qui essaye de pousser quelqu’un par des moyens maléfiques soit à haïr sa famille, son prochain ou sa religion, soit à aimer ce qu’il déteste et qui peut lui causer du tort. Celui qui pratique ces actes ou les approuve est aussi Kafir, impie ; Voici l’évidence divine dans le Coran à ce sujet :
« Mais ceux-ci n'enseignaient rien à personne, qu'ils n'aient dit d'abord : "Nous ne sommes rien qu'une tentation : ne sois pas mécréant " »  Sourate ‘la vache’ verset : 102 
 
La huitième violation
 
Le soutien des impies et leur aide contre les musulmans. Voici l’évidence de Dieu dans le Coran :
« Et celui d'entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes.» Sourate ‘La table servie’ verset 51
 
La neuvième violation 
 
Celui qui croit qu’il est possible à certains gens de se passer de la religion et de la loi de Muhammad (bénédiction et paix de Dieu sur lui), devient lui aussi apostat. Car Dieu a dit dans le Coran :
« Et quiconque désire une religion autre que l'Islam, ne sera point agréé, et il sera, dans l'au-delà parmi les perdants. » Sourate ‘La famille d’Imran’ verset 85. 
 
La dixième violation 
 
Celui qui évite la religion de Dieu, s’en éloigne, s’y oppose, refuse ses préceptes est aussi impie et apostat. Voici l’évidence divine dans le Coran :
« Qui est plus injuste que celui à qui les versets d'Allah sont rappelés et qui ensuite s'en détourne ? Nous nous vengerons certes des criminels. » Sourate ‘La prosternation’ verset 22.
 
Quelques points 
 
Dans toutes ces violations, aucune différence entre le badin plaisant, le sérieux et le craintif (sauf le contraint). Toutes ces contradictions sont des plus dangereuses et souvent rencontrée, dans la vie courante. Il convient à tout musulman de les éviter, de les craindre pour son salut personnel.
Nous sollicitons la protection de Dieu contre tout ce qui peut causer sa colère et son douloureux châtiment, que sa bénédiction et sa paix soient sur sa meilleure créature Muhammad, sur sa famille et ses compagnons.
Fait partie de la quatrième violation, le cas de celui qui croit que les régimes et les lois établies par les êtres humains valent, mieux que la législation de l’Islam ; ou qui croit que le régime islamique ne convient pas ou ne peut nullement être mis en application au vingtième siècle ou qu’il est limité à la relation de l’être humain avec son Seigneur-Créateur, sans pouvoir régir les autres affaires de ce bas monde.
Fait aussi partie de cette quatrième violation le cas de toute personne qui voit ou croit que l’exécution du jugement divin (...) ne conviennent pas aux temps modernes.
De même en fait partie, celui qui pense qu’il est possible d’émettre des jugements suivant des législations autres que celles de Dieu dans les affaires, les relations sociales et les interdictions morales, même s’il ne croit pas que ces lois sont meilleures que les lois divines, car alors il aura permis ce que Dieu a strictement interdit. Et est kafir et apostat celui qui permet une interdiction divine très connue certainement dans la religion, comme l’adultère, les boissons alcoolisées et l’usure ou émet un jugement d’après des lois autres que la loi de Dieu, et ce, suivant l’accord unanime de tous les fidèles croyants musulmans.
Nous sollicitons de Dieu qu’Il nous accorde le succès dans nos actes qui Lui plaisent et qu’il nous guide ainsi que tous les musulmans dans le droit chemin, la voie du salut, car Il est audiant et Tout proche, et qu’il accorde Sa bénédiction et Sa paix, à notre Prophète Muhammad, à sa famille et à ses compagnons. 
 
Écrit par Cheikh  ABDUL AZIZ IBN ABDULLAH IBN BAZ
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 21:51
Par l’imam Mouhammad Ibn ‘Abdelwahhâb

بسم الله الرحمن الرحيم
« La louange est à Allah, le Seigneur des mondes. Le très miséricordieux, Celui qui fait miséricorde. Le Roi du jour du jugement. »
 
Ces trois versets renferment trois thèmes :
·         Le premier verset :
Il renferme l’amour, car Allah pourvoit de ses grâces, et celui qui obtient cette grâce L’aimera relativement à cette grâce. Et l’amour est de quatre catégories :
1)      L’amour idolâtre
C’est l’amour que dénonça Allah dans le verset :
« Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors d'Allah, des égaux à Lui, en les aimant comme on aime Allah. Or les croyants sont les plus ardents en l'amour d'Allah. Quand les injustes verront le châtiment, ils sauront que la force tout entière est à Allah et qu'Allah est dur en châtiment!... [166] Quand les meneurs désavoueront les suiveurs à la vue du châtiment, les liens entre eux seront bien brisés! [167] Et les suiveurs diront: "Ah! Si un retour nous était possible! Alors nous les désavouerions comme ils nous ont désavoués!" -Ainsi Allah leur montra leurs actions; source de remords pour eux; mais ils ne pourront pas sortir du Feu. »
Sourate 2 verset 165
 
2)      L’amour du mensonge et des menteurs, et la haine de la vérité de des véridiques : ceci est une caractéristique des hypocrites.
 
3)      L’amour naturel, c’est l’amour des richesses ou des enfants. Tant qu’elle ne détourne pas de l’obéissance d’Allah et n’amène pas à violer Ses interdictions, alors elle est permise.
 
4)      L’amour du monothéisme et la haine des idolâtres : c’est la plus solide branche de la Foi, et la plus grande adoration qu’un serviteur voue à son Seigneur.
 
·         Le deuxième verset :
Il renferme l’espoir.
 
·         Le troisième verset :
Il renferme la peur.
 
« C’est Toi que nous adorons »
 
C'est-à-dire : Je t’adore, Ô Seigneur, par ces trois choses ; Par amour de Toi, par espoir en Toi et par peur de Toi.
 
Ces trois éléments sont les piliers de l’adoration ; les vouer à un autre qu’Allah est idolâtrie.
Et ces trois versets répliquent ceux qui ne s’attachent qu’à un seul d’entre eux, comme ceux qui ne s’attachent qu’à l’amour, ou ceux qui ne s’attachent qu’à l’espoir, ou ceux qui ne s’attache qu’à la peur uniquement. Celui qui voue l’une de ces choses à un autre qu’Allah est un idolâtre.
 
·         Nous pouvons donc apprendre de ces versets :
La réplique contre trois sectes qui se sont attaché à l’une seule de ces choses :
1)      Ceux qui n’adorent Allah que par amour.
2)      Ceux qui n’adorent Allah que par espoir, ce sont les Mourji’a.
3)      Ceux qui n’adorent Allah que par peur, ce sont les Khawârij.
 
« C’est Toi que nous adorons, et c’est de Toi que nous implorons l’aide. »
Ce verset renferme l’Unicité d’Allah dans Sa divinité et de la Seigneurie :
-          « C’est Toi que nous adorons » renferme l’Unicité dans la divinité.
-          « Et c’est de Toi que nous implorons l’aide » renferme l’Unicité dans la Seigneurie.
 
« Guide-nous dans le droit chemin »
Ce verset est une réplique contre les hérétiques.
 
Quant aux deux derniers versets, ils nous apprennent entre autre :
-          Ce que sont les gens ; Allah les a divisé en trois catégories :
§ Ceux qu’il a comblés de bienfaits.
§ Ceux qui encourent la colère.
§ Les égarés.
Ø Ceux qui encourent la colère sont ceux qui savent la vérité mais ne la pratique pas.
Ø Les égarés sont ceux qui pratiquent sans savoir si ce qu’ils pratiquent est la vérité.
Et même si la raison de la révélation de ce verset fut les juifs et les chrétiens, il concerne toute personne ayant ces caractéristiques.
 
Ø ceux dont la caractéristique est de savoir puis de pratiquer : ce sont eux qui sont comblés de bienfaits.
 
Cette sourate nous enseigne aussi :
-          De se défaire de toute force ou puissance, car c’est Lui qui te comble de bienfaits.
-          Connaître parfaitement Allah, et Lui contester tout défaut.
-          Elle apprend à l’homme à se connaître lui-même, ainsi que son Seigneur, car :
Ø S’il y a un Seigneur, il y a forcément un serviteur.
Ø S’il y a un adorateur, il y a forcément un Adoré.
Ø S’il y a un Guide, il y a donc un guidé.
Ø S’il y a un comblé de bienfaits, il y a forcément Un Donateur de grâces.
Ø S’il y a celui qui encoure la colère, il y a forcément Celui qui est en colère.
Ø S’il y a un égaré, il y a forcément Celui qui égare.
Cette Sourate renferme donc la Divinité, la Seigneurie, et conteste tout imperfection à Allah, et elle renferme la définition de l’adoration ainsi que ses piliers.
 
Et Allah demeure Le plus Savant.

Source : Dourar Saniyya volume 13 page 73
 
Partager cet article
Repost0
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 19:29

Exégèse de la Sourate al-Kawthar


- Tafsir du Cheikh Al-Islam Aboul 'Abbas Ahmad Ibn 'Abdoul Halim Ibn Taymiyyah.

 

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Nous t'avons certes, accordé l'Abondance.

Accomplis la Salat pour ton Seigneur et sacrifie.

Celui qui te hait sera certes, sans postérité. 



Quelle magnifique Sourate que celle d'Al-Kawthar! Comme ses avantages sont nombreux, bien qu'elle soit courte en longueur. On comprend sa signification réelle par son dernier verset, où Allah, Celui qui n'a aucune imperfection et le Très Haut, prive1 de tout bienfait celui qui a de la haine pour son Messager.

Ainsi Allah le prive de sa réputation, de sa famille et de sa richesse, de telle manière qu'il perd tout cela dans l'Au-delà.

Il () le dépossède également de sa vie de telle manière qu'il ne puisse ni en bénéficier ni l'utiliser pour acquérir des bons points pour sa vie dans l'Au-delà. Il partage son coeur de sorte qu'il ne puisse identifier aucun bienfait, et il ne lui permet ni de Le connaître ni de L'aimer ni de croire vraiment en ses Messagers. Il divise ses actions de telle sorte qu'il n'obéisse à Allah .

Il le prive de soutien, de telle sorte que personne ne peut être trouvé pour l'aider. Il le prive de tout moyen de se rapprocher d'Allah , et de toutes les bonnes actions, de sorte qu'il ne goûte à aucun bienfait, et ne connait pas leur douceur même s'il commet ces bonnes actions extérieurement son coeur est un fugitif, qui cherche à se sauver et est opposé à ces bonnes actions.

Tout ceci est la récompense pour celui qui a de la haine envers une partie de ce que le Messager a apporté, et ainsi refuse de l'accepter à cause de ses désirs, ou de ses disciples, ou de son shaikh, ou de son chef ou de ses aînés.

De même pour ceux qui détestent les versets (sifaat) et les ahadith affirmant les attributs d'Allah: ceux qui les interprètent mal (ta'wil) et dise autre chose que ce qu'Allah et son Messager voulaient dire, ou ceux qui les interprètent comme ceci les arrange en fonction de leur propre position (madhab), et la position de leur propre faction; ou ceux qui souhaitent que les versets affirmant les attributs d'Allah n'aient jamais été envoyés ici-bas, et que le Messager d'Allah n'ait pas prononcé de hadith affirmant les attributs d'Allah.

Ainsi, parmi les signes les plus forts qui montre que quelqu'un déteste ces textes, il y a par exemple que quand cet individu entend les personnes de la Sunnah utiliser ces textes comme preuves pour la vérité qu'ils indiquent - il recule saisi d'horreur, il conteste et il se sauve. Ceci est dû à la haine que son coeur a pour ces textes, et à son aversion envers eux 2.

Ainsi quelle haine envers le Messager peut être pire que celle-ci?!

De même ceux qui écoutent de la musique et des chants, ceux qui dansent en entendant des chansons, des poésies lyriques, le battement du tambour (daff), et le son de la flute. Pourtant quand ils entendent le Coran recité et lu pendant leurs rassemblements, ils trouvent ceci fatiguant et pénible.

Ainsi quelle haine peut être pire que celle-ci?!

Donc sur cette base vous pouvez évaluer les autres groupes à cet égard. De même ceux qui préfèrent le discours et les explications des hommes au Coran et à la Sunnah. S'ils n'avaient pas détesté ce que le Messager a apporté, ils n'auraient pas préféré cela. Leurs affaires atteignent une telle ampleur que certains d'entre eux oublient le Coran, après l'avoir mémorisé, et se soucient de ce qu'Untel et Untel ont dit.

Mais les pires dans la haine et le rejet de ce que le Messager a apporté, sont ceux qui n'y croient pas, le nient obstinément, et le considèrent seulement comme des histoires de leurs ancêtres et une forme de magie. De telles personnes sont plus mauvaises, et plus sévèrement punies. Mais tous ceux qui ont quelque haine ou aversion que ce soit pour lui () recevront la punition qu'ils méritent, selon le niveau de leur haine et aversion envers lui . Ainsi en raison de la haine et de l'hostilité de ces gens envers lui (), Allah les a punis en faisant que tout bienfait se retourne contre eux et en les en privant.

Par contre, Il a favorisé Son Prophète en lui donnant l'opposé, en lui accordant Al-Kawthar – c'est-à-dire l'abondance de bien qu'Allah lui a donné dans cette vie et dans l'au-delà. Ainsi ce qu'Il lui a accordé dans cette vie est: les conseils, la victoire, l'aide, le calme des yeux et de l'âme, que son cœur soit assez grand pour accepter favorablement la vérité, que son coeur ait trouvé un tel plaisir dans le souvenir d'Allah et dans son amour qu'aucun mot ne pourrait jamais décrire ce plaisir. Quant à ce qu'Il lui accorde dans l'au-delà, il s'agit de: l'endroit le plus élevé au paradis (Al-Wasilah 3), la position et le droit louables d'intervenir (Al-Mahmoud4 d'Al-Maqaam), et qu'Il a fait de lui le premier pour qui la porte du Paradis sera ouverte, et pour sa oumma, et Il lui donnera la "bannière de l'éloge" (Liwaa'ul-Hamd5), et l'immense lac (Al-Hawd6) -- et ainsi de suite à l'heure de la Résurrection; et Il a fait de tous les croyants ses enfants, et de lui un père pour eux. C'est le contraire de l'état de celui qui est divisé, celui qui le déteste et déteste ce qu'il a apporté. Ainsi Son () énonciation : Innaa shaani'aka signifie "celui qui te hait..." et al-abtar (privé / divisé) est celui dont la progéniture est divisée, celui qui ne produit aucun bien, ni aucune bonne action. Ainsi rien de bon et aucunes bonnes actions ne viennent de lui.

On a dit à Abu Bakr ibn 'Ayyaash7, "Il y a certaines personnes qui remplissent des fonctions à la mosquée, et le peuple s'assied avec eux". Alors il a dit, "Quiconque agit pour le peuple, le peuple s'assiéra avec lui. Mais les gens de la Sunnah meurent et leur renommée survit, tandis que les gens de l'innovation meurent et leur renommée meurt avec eux. Puisque les gens de la Sunnah rétablissent ce que le messager a apporté, ils bénéficient de Son Enonciation:

Wa rafa'na laka dhikrak ("Et Nous avons exalté pour toi ta renommée" tiré de la sourate 94 verset 4)

Mais les gens de l'innovation ont de la haine pour ce que le Messager a apporté, donc Son Enonciation suivante s'applique à eux:

Inna shani'aka huwa al-abtar ("Celui qui te hait sera certes, sans postérité" tiré de sourate 108 verset 3)

Aussi prends garde! Prends garde, O homme, d'avoir de l'aversion envers quoi que ce soit que le messager a apporté, et de le refuser à cause de tes désirs, ou pour soutenir ton madhhab, ou ton Shaykh, ou en raison de ta préoccupation pour tes désirs, ou pour les petits détails de la vie. Puisqu'Allah n'a pas donné comme obligation l'obéissance à aucun individu, excepté l'obéissance à Son Messager, et l'acceptation de tout ce qu'il a apporté.

Ainsi si un serviteur désobéissait à toute la création, mais suivait le Messager avec obéissance, Allah ne l'interrogerait pas au sujet de sa désobéissance envers quiconque. Puisque n'importe qui qui obéit, ou est obéi, est seulement obéi à condition et à la suite de l'obéissance au Messager. S'il commande quelque chose de contraire à ce que le Messager a commandé, il ne sera pas obéi.

Sachez ceci, faites-y attention, soyez obéissant et adhérez à la tradition du Messager . N'innovez pas et ainsi ne soyez pas quelqu'un privé de bienfaits, et ainsi que vos actions ne soient pas rejetées.

En effet il n'y a aucun bien dans une action qui est privée de l'adhérence à la manière du Messager, et il n'y a aucun bien dans celui la faisant, et Allah sait mieux8.

La parole d'Allah : Nous t'avons certes, (O Mohamed,) accordé l'Abondance a indiqué un octroi abondant donné par Celui Qui est Immense, Riche et Omniprésent, et qu'il est Exalté et le Plus Haut, et que Ses Anges et Hôtes/Armée sont avec Lui.

Il a commencé le verset par "Innaa" qui indique l'emphase et qui indique que l'information donnée est quelque chose de certain. Le verbe est mis au passé, renforçant la certitude de son survenir, indiquant que c'est quelque chose de fermement établi et qui arrivera. L'annoncer ne permettra pas de l'empêcher, parce que l'octroi d'Al-Kawthar est quelque chose qui a précédé dans le Pré-Décret original (Al-Qadr) quand tout ce qui doit se produire pour la création a été décrété - cinquante mille ans avant la création9

Ensuite quant à cet octroi qui est décrit comme abondant, ceci est laissé non spécifié afin de souligner sa globalité. Mais Allah a mentionné sa description, en disant: Innaa 'ataynaaka-l-kawthar

Ainsi il l'a décrit en tant qu'étant Al-Kawthar (abondant). Le Kawthar qui est bien connu est un fleuve au Paradis comme ceci est mentionné dans la hadith claire et authentique10. En outre, Ibn 'Abbas 11 a dit, "Al-Kawthar est le bien abondant qu'Allah lui a donné".12

Ainsi puisque la personne avec le moins parmi toutes les personnes du paradis y aura l'équivalent de plus de dix fois le monde entier 13, alors que pensez-vous qu'Allah ait préparé pour Son Messager ??!

Ainsi Al-Kawthar est une indication de l'abondance de bonnes choses qu'Allah a préparées pour lui, et de leur continuation et augmentation, et leur éminence et altitude, et que le fleuve Al-Kawthar est le plus grand des fleuves du Paradis, et dont l'eau est la plus pure, dont le goût est le plus agréable, le plus doux et le plus apprécié.

Ceci est montré par le fait qu'Il le présente avec l'article défini (c.-à-d. Al-Kawthar). Ceci indique la perfection de ce qui est nommé, de même que vous diriez, "Zayd Al-'Alim" (c.-à-d. Zayd le savant), et "Zayd Al-Shujaa'" (Zayd le courageux), signifiant "Personne n'est plus cultivé ou personne n'est plus courageux que lui ". De même son énonciation, Innaa 'ataynaaka al-Kawthar prouve qu'Il lui a accordé tout le bien, l'accordant entièrement et abondamment. Ainsi même si une partie de sa Oumma atteint une partie de ce bien, ce n'est dû qu'à la bénédiction qui vient du fait de satisfaire et de suivre le Prophète . Pourtant il () recevra la même récompense, sans être réduite de la récompense par celui qui l'a suivi14. Donc ceci est une indication qu'Allah lui () accordera au Paradis (une récompense supplémentaire) à la mesure des récompenses atteintes par sa communauté entière, sans que quoi que ce soit soit réduit de leurs récompenses. C'est parce que, grâce à lui (), ils ont trouvé la voie et ont été sauvés.

Par conséquent il est exact - en fait c'est un devoir obligatoire - que le serviteur lui obéisse et le suive, et adhère à ce qu'il a commandé, et augmente ses bonnes actions, le jeûne, la prière, le don de la sadaqah et la tazkeeyah, de sorte qu'il () recoive la même récompense. Puisque si une personne commet des actes interdits, alors le messager () manquera la récompense équivalente à la récompense pour la bonne action que la personne a délaissée.

Ensuite si une personne commet des actes interdits et s'éloigne de ce qui a été commandé, alors son fardeau de péché se développe et son salut devient plus dur, puisqu'il supporte le fardeau de ce qui lui a été interdit et puisqu'il s'éloigne de ce que Dieu lui a ordonné de suivre.

Si, cependant, il suit ce qui lui a été ordonné, mais commet également ce qui a été interdit, alors il entrera parmi ceux pour qui le messager () intercèdera. C'est parce qu'il () atteindra une récompense égale au bien que la personne a fait. Ainsi c'est à Allah que la création reviendra, et c'est à Lui que tous rendront compte. Et Il () connaît le mieux leur état - l'état de tous ses domestiques.

Ainsi l'intercession du Prophète () est pour ceux de sa oumma qui sont coupables de péchés principaux. Quant à celui qui fait le bien, alors sa justice était due à Allah qui la lui accorda. Et quant à celui qui fait le mal, il n'y a aucune preuve pour lui, ni aucune excuse.

Ce qui est prévu est que Al-Kawthar est un fleuve au Paradis, et c'est également le bien abondant qu'Allah accorde à son Messager en ce monde et celui d'après. Et c'est aussi la récompense de sa oumma, jusqu'au jour de la Résurrection. Ainsi pour quiconque qui a récité, qui apprend de la connaissance, exécute une bonne action, enseigne quelqu'un d'autre, donne la sadaqah, combat dans le jihad, fait le ribaat (monte la garde), se repent, est patient, compte sur Allah, ou qui atteint un des états souhaitables du coeur, tels que la crainte, l'effroi, la connaissance et la conscience d'Allah et ainsi de suite - alors il () recevra la même récompense que cette personne, sans que quoi que ce soit soit déduit de la récompense de cet individu, et Allah sait mieux.

Ensuite dans son énonciation:

Fa-salli li-rabbika wa-anhar (Accomplis la prière pour ton Seigneur et sacrifie)

Allah lui commande de recueillir ces deux types principaux de culte: la prière et le sacrifice. Chacun de ces derniers montrent une personne cherchant à se rapprocher d'Allah, son humilité, sa pauvreté devant Lui, ses bonnes pensées envers Lui et la force de la certitude de sa foi. Ils prouvent également que son coeur est en paix avec Allah , et avec Sa promesse, Ses ordres, Sa bienfaisance et Son octroi de bien.

C'est contraire à l'état des personnes de l'arrogance, l'aversion et ceux qui pensent n'avoir aucun besoin d'Allah . Ceux qui estiment qu'ils n'ont aucun besoin de demander quoi que ce soit de leur Seigneur par la prière. Ceux qui n'exécutent pas les sacrifices pour Lui par crainte de la pauvreté, qui renoncent à aider ceux qui sont dans le besoin et à leur fournir la nourriture et en même temps ont des pensées mauvaises au sujet de leur Seigneur.

Par conséquent Allah, , les a combinés tous les deux dans son énonciation:

Dis : "En vérité, ma Salat, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Dieu, Seigneur de l'Univers[Sourate 6:162]

Ainsi ceci signifie que la prière et le sacrifice sont les moyens les plus excellents pour se rapprocher d'Allah, puisqu'ils sont présentés ici avec le "faa" qui indique un résultat ou effet. De ce fait, l'exécution de la prière et du sacrifice est un moyen de remercier Allah pour ce qu'Il lui a accordé, c.-à-d. pour Al-Kawthar et le bien abondant.

La meilleure manière de rendre grâce à Celui qui a accordé cette bénédiction est d'exécuter ces deux types de culte. En effet, la prière est le sommet du culte et le but le plus élevé. Ainsi c'est comme si, en disant Fa-salli li-rabbika wa-anhar, Il dit, "Nous vous avons accordé un bien abondant, ainsi que la bénédiction de pouvoir faire ces deux formes de culte, par reconnaissance envers Nous pour vous avoir donné cette bénédiction. De telle sorte que ces deux (formes de culte) sont la cause de notre bénédiction pour vous avec ce bien. Par conséquent, exécutez-les pour Nous".

Ainsi la prière et le sacrifice sont entourés par une bénédiction qui les précède, et une bénédiction qui les suit. En outre il s'avère que le meilleur type de culte consistant à donner de ses richesses est le sacrifice, et que le meilleur type de culte corporel est la prière. Ce qui est réuni pour le serviteur dans sa prière est tel que ce n'est réuni pour lui dans aucun autre culte, et ceux dont les coeurs sont vivants et qui ont le désir le plus élevé le sauront.

De plus, ce qui est réuni pour celui faisant le sacrifice: le fait de donner préférence et priorité à Allah , ses bonnes pensées au sujet d'Allah , la force de sa foi certaine, et sa confiance dans ce qui est dans la main d'Allah , est véritablement étonnant, si cela est combiné avec une foi correcte et vraie (Imane) et avec un culte fait purement et sincèrement pour Allah (Al-Ikhlaas).

Ainsi le prophète suivait l'ordre de son Seigneur et était quelqu'un qui priait fréquemment son Seigneur et exécutait souvent le sacrifice, au point que lors du Pélerinage d'Adieu, il a sacrifié soixante-trois animaux de ses propres mains 15, et il sacrifiait au moment des 'Aïds et d'autres fois.

Dans son énonciation Fa-salli li-rabbika wa-anhar est indiqué que vous ne devriez pas vous affliger pour quoi que ce soit de cette vie, tout comme c'est mentionné à la fin des Sourate Ta-Hâ et Al-Hijr, et à d'autres endroits.

Ceci contient également une indication qu'on devrait renoncer à prendre les gens comme centre d'attention et cesser de s'inquiéter de ce que vous rencontrez ou recevez d'eux. Vous devriez plutôt prier votre Seigneur et sacrifier pour Lui.

Ceci fait référence également à l'état de celui qui est privé de tout bien, celui qui est rempli d'aversion et de haine, celui dont les prières et le sacrifice sont exécutés pour autre qu'Allah.

Dans Son Verset: Inna shani'aka huwa al-abtar Il y a un certain nombre de formes grammaticales d'emphase.

Premièrement, le fait que la phrase commence par "Inna".

Deuxièmement, l'utilisation du pronom personnel séparé (c.-à-d. "huwa", lui) qui renforce le lien et le fait que ca se rapporte particulièrement à lui (c.-à-d., "celui qui vous a détesté, C'EST LUI qui est privé de tout bien").

Troisièmement, la conclusion de la phrase se produit sous la forme superlative, pas simplement la forme de quelqu'un portant passivement l'action du verbe

Quatrièmement, le mot de conclusion, "Al-abtar", porte "Al" qui montre que cette caractéristique est son attribut dans sa totalité, et qu'il y a plus droit (c.-à-d., à être privé de tout bien) que quiconque d'autre.

De même sous forme d'emphase est la parole d'Allah:

La takhaf innaka anta al-'ala ("N'aie pas peur, c'est toi (Moïse) qui auras le dessus." tiré de la sourate 20 verset 68)

En outre, parmi ses bénéfices fins et sensibles est la manière dont l'attention est attirée par sa parole Fa-salli li-rabbika wa-anhar pour prouver que votre Seigneur est Le Seul à mériter cela, et qu'il est entièrement approprié de diriger votre culte vers Lui (seulement), et de faire le sacrifice pour Lui.

Et Allah Sait Mieux


 

1 Du verbe "batara" - découper, diviser, amputer; d'où: abtar = un coupé

2 Voir "Ousoul as-Sounnah" de l'Imam Ahmed et ses annexes, p.15-16, 'Abdullaah ibn Ahmad rapporte dans as-Sunnah (numéro 535), "j'ai entendu Abu Ma'mar al-Hudhali dire," celui qui prétend qu'Allah ne parle pas, ni n'entend, ni ne voit, ni ne devient en colère, ni n'est content (et il a mentionné quelques attributs) – celui-ci est un mécréant en Allah . Si vous le voyez se tenir près d'un puits, jetez-le dedans. C'est ce que je considère comme ma religion devant Allah, , puisque ces gens sont des non-croyants en Allah, ". (voir également pp.114-128 et 172-178 du même livre)

3 Al-Boukhari rapporte dans son Sahih, dans le livre d'Adhaan, chapitre : La Supplication à l'heure d'Adhan (vol.1 no.538) : De Jaabir ibn 'Abdullah qui dit, "le messager d'Allah a dit," celui qui après avoir entendu le mu'adhdhin dit, "O Allah! Seigneur de cet appel parfait et de la prière qui doit être accomplie! Donnez à Mohamed l'endroit le plus élevé du paradis (Al-Wasilah), et la position louable et le droit d'intervenir (Al-Maqaam al-Mahmoud) que vous lui avez promis le Jour de la Résurrection..."". Et Muslim rapporte dans son Sahih de 'Abd ullah ibn 'Amr ibn al-'Aas qu'il a entendu le prophète dire, "Quand vous entendez le mu'adhdhin, alors dites la même chose qu'il dit. Puis appelez les bénédictions (salaat) sur moi - parce que quiconque appelle une seule bénédiction sur moi, Allah le bénira dix fois en raison de ceci. Demandez alors à Allah de m'accorder Al-Wasilah, parce que c'est une position au paradis qui convient seulement à un des serviteurs d'Allah, et j'espère être celui-là. Ainsi quiconque demande que "Al-Wasilah" me soit donné, alors je serai autorisé à intercéder pour lui ".

4 Al-Bukhari rapporte dans son Sahih dans le livre du Tafsir, chapitre: la parole d'Allah Votre Seigneur vous élèvera à une position d'éloge. D'Ibn 'Umar qui dit, "le jour de la Résurrection, tout le monde tombera à genoux. Chaque peuple suivra son prophète en disant, "O Untel! Intercédez!" Jusqu'à ce que le droit d'intercéder soit donné au Prophète (). Donc c'est le jour où Allah l'élèvera à la position digne d'éloge d'Al-Maqaama al-Mahmoud ". At-Tabaree a dit dans son tafseer (15/143-4), "la plupart des disciples disent que ceci (Al-Maqaama al-Mahmoud) est la position qu'il () prendra le jour de la Résurrection pour demander pour le peuple que leur Seigneur le soulage de l'état terrible dans lequel il sera ce jour-là".

5 At-Tirmidhi rapporte dans son Sounan (numéro 3875) d'Abu Sa'id al-Khudri qui a dit, "le messager d'Allah () a indiqué," je suis le plus noble des enfants d'Adam le jour de la Résurrection - et je ne me vante pas. Et dans ma main sera la bannière de l'éloge (Liwaa'ul-Hamd) - et je ne me vante pas. Et il n'y aura aucun prophète ce jour-là, Adam et tous les autres, qui ne soit pas sous ma bannière. Et je serai la première personne pour qui la terre sera ouverte - et je ne me vante pas "". (authentifié par Sheikh al-Albaani, voir Sahih Sunan it-Tirmidhi no.2859)

6 Al-Bukhari rapporte dans son Sahih (vol.8, no.58) d'Abdullah ibn 'Amr qui a dit, "le Prophète a dit," mon Lac est tel que le voyage prend un mois pour le traverser. Son eau est plus blanche que le lait. Son odeur est meilleure que le musc. Les tasses qu'on peut en boire sont aussi nombreuses que les étoiles du ciel. Quiconque boit de son eau n'aura jamais soif "

7 Il était le Shaykh de l'Islam, le faqih, le Muhaddith, et il vivait à Kufah. Ibn al-Mubaarak a dit, "je n'ai vu personne de plus rapide que lui pour la Sunnah". Il est mort en 193AH, voir Tadhkiratul-Huffaadh de adh-Dhahabi 1/265

8 Muslim rapporte dans son Sahih, dans le livre des jugements, d'A'ishah que le messager d'Allah a dit, "Quiconque fait une action qui ne se conforme pas à notre affaire, alors c'est rejeté".

9 Muslim rapporte dans son Sahih, dans le livre du Pré-Décret de 'Abdullah ibn 'Amr ibn al-Aas qui a dit, "j'ai entendu le messager d'Allah () dire," Allah a écrit la condition de tous les êtres créés, cinquante mille ans avant qu'il ait créé les cieux et la terre." Et il a dit, "et Son Trône était au-dessus de l'eau".

10 Al-Bukhari rapporte dans son Sahih (vol.8, numéro 583) d'Anas que le prophète a dit, "tandis que je marchais au paradis, je suis arrivé à un fleuve. Sur ses deux rives étaient des tentes faites de perles creuses. J'ai dit, "Qu'est ceci, O Jibril?" Il a dit, "c'est le Kawthar que ton Seigneur t'a accordé". Sache que son parfum est une odeur agréable de musc "".

11 ‘Abdullah ibn 'Abbas le célèbre compagnon et cousin du Prophète connu sous le nom de "Grand Savant de la Oummah", et l' "Explicateur du Coran". Le Prophète supplia pour lui, disant, "O Allah! Accorde-lui la connaissance du Livre ". Rapporté par Al-Bukhari dans son Sahih dans le Livre de la Connaissance.

12 Rapporté par Al-Bukhari dans son Sahih, le livre d'ar-Riqaq, chapitre 53: Concernant le Lac, Trad. angl. vol.8, no. 580

13 Comme relaté par Abu Sa'eed al-Khudri au sujet du Prophète . Voir Sahih Al-Bukhari, vol. 9, numéro 532a, et Muslim, vol.1, no.361 et nos. 359-361.

14 Muslim rapporte dans son sahih dans le livre de la Conduite, au sujet d'Abu Mas'ud Al-Ansari que le messager d'Allah a dit, "Quiconque guide vers une bonne action recevra la même récompense que celui qui accomplit l'action".

15 Muslim rapporte dans la longue hadith de Jaabir au sujet du Hajj du prophète dans le livre de Hajj, chapitre 19 ".. alors il alla à l'endroit du sacrifice et sacrifia soixante trois animaux de ses propres mains. Puis il donna le couteau à 'Ali et il sacrifia ce qui restait... "

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 19:18

Notre Credo

 

Posté le 19 juillet 2002 à 02h34 - Extrait de "Aqidatu Ahl As-Sunna wa al Jama'ah" de Cheikh Muhammad Saleh Ibn Al-'Uthaimin..!!

 

Notre credo est de croire en Allah, à Ses Anges, Ses Livres, Ses Messagers, au Jour du Jugement, et au destin si bon ou mauvais soit-il.

La croyance dans la divinité d'Allah , Son unicité, et Ses attribues.

Nous croyons dans la divinité d'Allah; qui signifie qu'Il est le Seigneur, le Créateur, le Souverain, et le Gérant de toutes les affaires.

Nous croyons dans la déité d'Allah ; qui signifie qu'Il est le vrai Dieu et chaque autre soi-disant déité est fausse.

Nous croyons en Ses noms et attributs, qui signifie qu'Il a les noms les plus magnifiques et les attributs les plus parfaits les plus sublimes.

Nous croyons dans Son unicité dans tout cela, qui signifie qu'Il n'a aucun associé dans Sa divinité, Sa déité, Ses noms, ou Ses attributs. Allah dit dans le Coran: Il est le Seigneur des cieux et de la terre et de tout ce qui est entre eux. Adore- Le donc, et sois constant dans Son adoration. Lui connais-tu un homonyme?[Sourate Maryam 19:65]

Nous croyons qu'Il est: Allah! Point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui qui subsiste par lui-même "Al-Qayyoûm". Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. À Lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission? Il connaît leur passé et leur futur. Et, de Sa science, ils n'embrassent que ce qu'Il veut. Son Trône "Koursî", déborde les cieux et la terre, dont la garde ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, le Très Grand[Sourate Al-Baqarah 2:255]

Nous ne croyons que À Lui les plus beaux noms. C'est Lui Allah. Nulle divinité autre que Lui, le Connaisseur de l'Invisible tout comme du visible. C'est Lui, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. C'est Lui, Allah. Nulle divinité autre que Lui; Le Souverain, Le Pur, L'Apaisant, Le Rassurant, le Prédominant, Le Tout Puissant, Le Contraignant, L'Orgueilleux. Gloire à Allah! Il transcende ce qu'ils Lui associent. C'est Lui Allah, le Créateur, Celui qui donne un commencement à toute chose, le Formateur. À Lui les plus beaux noms. Tout ce qui est dans les cieux et la terre Le glorifie. Et c'est Lui le Puissant, le Sage[Sourate Al-Hasr 59:22-24]

Nous croyons qu'à Lui appartient le Royaume des Cieux et de la Terre: À Allah appartient la royauté des cieux et de la terre. Il crée ce qu'Il veut. Il fait don de filles à qui Il veut, et don de garçons à qui Il veut, ou bien Il donne à la fois garçons et filles; et Il rend stérile qui Il veut. Il est certes Omniscient et Omnipotent[Sourate Achoura 42:49-50]

Nous croyons qu'Il est: ...Créateur des cieux et de la terre. Il vous a donné des épouses (issues) de vous-mêmes et des bestiaux par couples; par ce moyen Il vous multiplie. Il n'y a rien qui Lui ressemble; et c'est Lui l'Audient, le Clairvoyant. Il possède les clefs (des trésors) des cieux et de la terre. Il attribue Ses dons avec largesse, ou les restreint à qui Il veut. Certes, Il est Omniscient[Sourate Achoura 42:11-12]

Nous croyons qu'Il n'y a point de bête sur terre dont la subsistance n'incombe à Allah qui connaît son gîte et son dépôt; tout est dans un Livre explicite[Sourate Hud 11:6]

Nous croyons que C'est Lui qui détient les clefs de l'Inconnaissable. Nul autre que Lui ne les connaît. Et Il connaît ce qui est dans la terre ferme, comme dans la mer. Et pas une feuille ne tombe qu'Il ne le sache. Et pas une graine dans les ténèbres de la terre, rien de frais ou de sec, qui ne soit consigné dans un livre explicite[Sourate Al-Anam 6:59]

Nous croyons que: La connaissance de l'Heure est auprès d'Allah; et c'est Lui qui fait tomber la pluie salvatrice; et Il sait ce qu'il y a dans les matrices. Et personne ne sait ce qu'il acquerra demain, et personne ne sait dans quelle terre il mourra. Certes, Allah est Omniscient et Parfaitement Connaisseur[Sourate Luqman 31:34]

Nous croyons qu'Allah parle à qui Il veut, n'importe où Il veut: Allah a parlé à Moïse de vive voix [Sourate An-Nisa' 4:164]; "Et lorsque Moïse vint à Notre rendez-vous et que son Seigneur lui eut parlé[Sourate Al-Araf 7:143]; "du côté droit du Mont (Sinaï) Nous l'appelâmes et Nous le fîmes approcher tel un confident[Sourate Maryam 19:52]

Nous croyons que Si la mer était une encre (pour écrire) les paroles de mon Seigneur, certes la mer s'épuiserait avant que ne soient épuisées les paroles de mon Seigneur" [Sourate Al-Kahf 18:109]; "Quand bien même tous les arbres de la terre se changeraient en calames (plumes pour écrire), quand bien même l'océan serait un océan d'encre où conflueraient sept autres océans, les paroles d'Allah ne s'épuiseraient pas. Car Allah est Puissant et Sage[Sourate Luqman 31:27]

Nous croyons Que les mots d'Allah sont les plus véridiques dans l'information transmise, les plus justes dans les dispositions [de la loi] et les plus justes dans la conversation. Il dit: Et la parole de ton Seigneur s'est accomplie en toute vérité et équité[Sourate Al-Anam 6:115] Et qui est plus véridique qu'Allah en parole?[Sourate An-Nisa' 4:87]
Nous croyons que le Coran est la parole d'Allah . Il l'a parlé, littéralement, à Gabriel, qui l'a descendu au prophète : Dis: "C'est le Saint-Esprit (Gabriel) qui l'a fait descendre de la part de ton Seigneur en toute vérité[Sourate An-Nahl 16:102] Ce (Coran) ci, c'est le Seigneur de l'Univers qui l'a fait descendre, et l'Esprit fidèle est descendu avec cela sur ton cÅ“ur, pour que tu sois du nombre des avertisseurs, en une langue arabe très claire[Sourate As-Shuaraa 26:192-195]

Nous croyons qu'Allah est bien au-dessus de Ses créatures dans Sa Personne et Ses Attributs, parce qu'Il dit: C'est Lui le Très Haut, le Glorieux[Sourate Al-Baqarah 2:22] C'est Lui le Dominateur Suprême sur Ses serviteurs; c'est Lui le Sage, le Parfaitement Connaisseur[Sourate Al-Anam 6:18]

Nous croyons qu'Il : créa les cieux et la terre en six jours, puis S'est établi "'istawâ" sur le Trône, administrant toute chose[Sourate Yunus 10:3]. Son "installation (Istiwa) sur le trône" est son élévation de Sa personne sur Son trône dans une manière digne de Sa majesté et de Sa grandeur. Personne sauf Lui ne connaît exactement comment Il s'est établit.

Nous croyons qu'Il est avec Ses créatures tandis qu'Il est sur Son trône. Il connaît leurs conditions (situations), entend leurs dictions, voit leurs actions, et gère leurs affaires. Il soulage le pauvre et secourt le cassé.

Il donne la souveraineté à qui Il veut et la prend loin de qui Il veut; Il exalte qui Il veut et Il rabaisse qui Il veut. Dans Sa main y a tout bien et Il est Capable de tout. Quiconque possède ces qualités est, littéralement, avec Ses créatures même si Il est, littéralement, au-dessus d'eux sur Son trône. Il n'y a rien qui Lui ressemble; et c'est Lui l'Audient, le Clairvoyant [Sourate Achoura 42:11]

Nous ne disons pas, comme font les Incarnationistes parmi les Jahmites et autres, qu'Allah vit avec Ses créatures sur la terre. Nous considérons que quiconque dit cela est un mécréant ou un égaré, parce qu'il a décrit Allah par des défauts qui ne sont pas dignes de Lui.

Nous croyons ce que Son Messager (Muhammad, ) nous en a dit, qu'Il [Allah] descend au ciel [proche] pendant le troisième tiers de chaque nuit et dit: " Qui me prie et je répondrai à ses prières? Qui Me demande et je lui donnerai? Qui demande Mon pardon et je le pardonnerai? " ( Bukhari et Muslim).

Nous croyons qu'Il viendra au Jour de Jugement pour trancher entre Ses serviteurs parce qu'Il dit: Prenez garde! Quand la terre sera complètement pulvérisée, et que ton Seigneur viendra ainsi que les Anges, rang par rang, et que ce jour- là, on amènera l'Enfer; ce jour- là, l'homme se rappellera. Mais à quoi lui servira de se souvenir?[Sourate Al-Fajr 89:21-23]

Nous croyons qu'il est " Faiseur de ce qu'il veut ".

La volonté d'Allah : Universelle et Légale

Nous croyons que Sa volonté est de deux sortes:

a) Volonté Universelle, par lequel Son intention est exécutée. Il n'est pas nécessaire que ce qui est exécuté sois aimé par Lui. Ce type de permission est du sens de la volonté, comme Allah dit: Si Allah avait voulu, ils ne se seraient pas entre-tués; mais Allah fait ce qu'Il veut[Sourate Al-Baqarah 2:253] et Et mon conseil ne vous profiterait pas, au cas où je voulais vous conseiller, et qu'Allah veuille vous égarer. Il est votre Seigneur, et c'est vers Lui que Vous serez ramenés[Sourate Yunus 11:34],

b) Et volonté Légale, qui n'entraîne pas nécessairement l'exécution de Son désir. Sa volonté, dans ce cas, ne peut être que ce qu'il aime, comme Il dit: Allah veut vous pardonner [Sourate An-Nisa' 4:27]

Nous croyons que Ses volontés universelles et légales font partie de Sa sagesse. Chaque chose qu'Il exécute dans l'Univers ou exige légalement de Ses créatures est pour une bonne raison et selon Sa sagesse, si nous le saisissons ou pas : Allah n'est-Il pas le plus sage des Juges? [Sourate At-Tin 95:8] Qu'y a- t- il de meilleur qu'Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme?[Sourate Al-Maidah 5:50]

Nous croyons qu'Allah aime Ses serviteurs élus et qu'ils L'aiment: Dis: "Si vous aimez vraiment Allah, suivez- moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux[Sourate Al-Imran 3:31]; " Allah va faire venir un peuple qu'Il aime et qui L'aime[Sourate Al-Maidah 5:54]; " Et Allah aime les endurants. " [Sourate Al-Imran 3:146]; "Et soyez équitables car Allah aime les équitables[Sourate Al-Hujurat 49:9]; et "qui (demeurent) pieux et bienfaisants. Car Allah aime les bienfaisants[Sourate Al-Maidah 5:93]

Nous croyons qu'Allah aime ce qu'Il a prescrit de bonnes actions et dictions et Il déteste ce qu'Il a prohibé de dictions et d'actions mauvaises: Si vous ne croyez pas, Allah se passe largement de vous. De Ses serviteurs cependant, Il n'agrée pas la mécréance. Et si vous êtes reconnaissants, Il l'agrée pour vous[Sourate Az-Zumar 39:7]; et Mais leur départ répugna à Allah; Il les a rendus paresseux. Et il leur fut dit: "Restez avec ceux qui restent"[Sourate At-Tawbah 9:46]

Nous croyons qu'Allah est satisfait de ceux qui croient en Lui et font de bonnes actions: Allah les agrée et ils L'agréent. Telle sera (la récompense) de celui qui craint son Seigneur[Sourate Al-Bayyinah 98:8]

Nous croyons qu'Allah est fâché avec ceux qui méritent Sa colère parmi les mécréants et d'autres: les associateurs et les associatrices, qui pensent du mal d'Allah. Qu'un mauvais sort tombe sur eux. Allah est courroucé contre eux, les a maudits, et leur a préparé l'Enfer. Quelle mauvaise destination! " [Sourate Al-Fath 48:6]; " mais ceux qui ouvrent délibérément leur cÅ“ur à la mécréance ceux-là ont sur eux une colère d'Allah et ils ont un châtiment terrible [Sourate An-Nahl 16:106]

Autres attributs d'Allah

Nous croyons qu'Allah a un visage plein de Majesté et de Magnificence: (Seule) subsistera La Face (Wajh) de ton Seigneur, plein de majesté et de noblesse [Sourate Ar-Rahman 55:27]

Nous croyons qu'Allah a deux mains généreuses et puissantes: Ses deux mains sont largement ouvertes[Sourate Al-Maidah 5:64]; " Ils n'ont pas estimé Allah comme Il devrait l'être alors qu'au Jour de la Résurrection, Il fera de la terre entière une poignée, et les cieux seront pliés dans Sa (main) droite. Gloire à Lui! Il est au-dessus de ce qu'ils Lui associent[Sourate Sad 39:67]

Nous croyons qu'Allah possède deux yeux réels, parce qu'il disait: Et construis l'arche sous Nos yeux et d'après Notre révélation[Sourate Hud 11:37] . Le Prophète a dit: "Son voile est lumière. Si Il l'enlève, la sublimité de Sa contenance brûlera tout que Son regard atteindra" (Muslim et Ibn Majah). Les Sunnites unanimement ont consenti qu'Il a deux yeux. C'est soutenu par la diction du prophète près le Dajjal (l'Antéchrist) qu' " il est borgne et votre Seigneur n'est pas borgne " ( Bukhari et Muslim).

Nous croyons que Les regards ne peuvent l'atteindre, cependant qu'Il saisit tous les regards. Et Il est le Doux, le Parfaitement Connaisseur[Sourate Al-Anam 6:103]

Nous croyons que les croyants verront leur Seigneur le Jour de la Résurrection: Ce jour- là, il y aura des visages resplendissants qui regarderont leur Seigneur[Sourate Al-Qiyamah 75:22-23]

Nous croyons qu'Allah n'a pas d'égal parce que Ses Attributs sont parfaits: Il n'y a rien qui Lui ressemble; et c'est Lui l'Audient, le Clairvoyant[Sourate Achoura 42:11]

Nous ne croyons qu'aucune somnolence ou sommeil ne Le saisit[Sourate Al-Baqarah 2:255], parce que Sa vie est parfaite et éternelle.

Nous croyons qu'Il ne fait l'injustice à personne, parce que Son équité est parfaite.

Nous croyons qu'Il n'est pas ignorant des actions de ses serviteurs, parce que Il a la supervision parfaite et la connaissance compréhensive.

Nous croyons qu'Il est capable de faire n'importe quoi dans les cieux ou sur la terre, grâce à  Son pouvoir et Sa connaissance parfaite: Quand Il veut une chose, Son commandement consiste à dire: "Sois", et c'est[Sourate Ya-Sin 36:82]

Nous croyons qu'Il est dénué de lassitude et de faiblesse, à cause de Son pouvoir infini: En effet Nous avons créé les cieux et la terre et ce qui existe entre eux en six jours, sans éprouver la moindre lassitude[Sourate Qaf 50:38]

Décrire Allah par Sa Révélation:

Nous croyons à tout ce qu'Il s'est attribué sur lui-même ou ce que Son Messager Lui a attribué comme noms et attributs. Cependant, nous rejetons deux concepts:

1) dire ou croire que les attributs d'Allah sont similaires à ceux de ses créatures;

2) dire ou croire que les attributs d'Allah sont comme tel et tel.

Nous rejetons tous ce qu'Il a rejeté au sujet de Sa personne et ce que Son Messager en a rejeté. Nous croyons que cette négation implique l'affirmation de son contraire parfait.

Nous ne discutons pas ce que Lui et Son Messager   n'ont pas mentionné sur Sa Personne.

Nous croyons que suivre cette approche est un devoir, parce que tout ce que Allah a rejeté ou affirmé sur Sa Personne, est une annonce qu'Il a faite sur Sa personne. Il est le Meilleur à connaître Son essence. Ses mots sont les plus justes et les plus confiants, et les créatures ne peuvent pas connaître tout sur Lui.

Ce que le messager d'Allah a affirmé ou a rejeté à Son sujet est une annonce qu'Allah lui a transmis. Il [le messager de Dieu] est le meilleur connaisseur de son Seigneur (Allah ) que n'importe qui, il est le plus véridique, le plus sincère et le plus éloquent parmi les gens.

Ainsi, dans ce qu'Allah dit et ce que Son Prophète a dit et qui concerne Ses noms et Ses attributs est la vérité, la parfaite connaissance, et la parfaite clarification. Donc, nous n'avons aucune excuse à le rejeter ou même hésiter à l'accepter.

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 19:06
 - Par le Sheikh Mohammad Saleh Ibnoul Outhaymine -

 












Question:


Si je m'abstiens de prier par paresse, doit-on me considérer comme un mécréant ou comme un musulman pécheur ?


Réponse:


Louange à Allah

L'imam Ahmad soutient l'impiété de celui qui abandonne la prière par paresse. Cet avis est le plus solide parce qu'étayé par des arguments tirés du Coran, de la Sunna, des propos des anciens et de l'examen exact. Voir ash-Sharh al-mumti' ala zad al-mustaqna, 2/26.

Celui qui réfléchit profondément sur les textes du Coran et de la Sunna découvre qu'ils indiquent que celui qui abandonne la prière tombe dans l'infidélité qui l'exclut de la religion. Voici ce qu'en dit le Coran : Mais s' ils se repentent, accomplissent la Salâ et acquittent la Zakat, ils deviendront vos frères en religion. Nous exposons intelligiblement les versets pour des gens qui savent.
[Sourate at-Tawbah 9:11]

Les arguments à tirer de ce verset consistent en ceci que Allah fait reposer notre fraternité avec les polythéistes sur trois conditions : le repentir du polythéisme, l'observance de la prière et l'acquittement de la zakat. S'ils rompent avec le polythéisme sans prier ni payer la zakat, ils ne seront pas nos frères. S'ils célèbrent la prière et n'acquittent par la zakat, ils ne seront pas non plus nos frères. La fraternité en religion n'est exclue que quand l'individu quitte entièrement la religion. La désobéissance ne l'annihile pas et il y a mécréance et mécréance moindre. Allah dit encore à ce propos : Puis leur succédèrent des générations qui délaissèrent la prière et suivirent leurs passions. Ils se trouveront en perdition, [Sourate Maryam 19 :59] L'argument que donne ce verset se présente ainsi : après avoir parlé de ceux qui négligent la prière et se livrent à leur passion, Allah dit : à l'exception de celui qui se repent et croit Ce qui implique qu'au moment où les intéressés négligent la prière et se livrent à leur passion, ils ne sont pas croyants.

Quant à l'indication par la Sunna de l'impiété de celui qui abandonne la prière, elle réside dans les propos du Prophète « L'engagement qui nous lie à eux repose sur la prière. Quiconque l'abandonne devient mécréant ». (Rapporté par Ahmad, Abou Dawoud, at-Tarmidhi, an-Nassaï et Ibn Madja. L'impiété dont il est question ici est celle qui exclut son auteur de la religion car le Prophète considère la prière comme le signe qui permet de distinguer entre les croyants et les mécréants. Or il est bien connu que la voie de l'impiété n'est pas celle de l'Islam et quiconque n'est pas lié par ledit engagement fait partie des infidèles.

Le hadith d'Awf Ibn Malick va dans ce sens car le Prophète y dit : « Les meilleurs de vos chefs sont ceux que vous aimez et qui vous aiment, ceux qui prient pour vous et pour qui vous priez. Les pires de vos chefs sont ceux que vous haïssez et qui vous haïssent, ceux que vous maudissez et qui vous maudissent » On lui dit alors : Ô Messager d'Allah , ne devrons-nous pas les combattre par l'épée ? « Non, tant qu'ils célébreront avec vous la prière » conclut-il. Ce hadith indique que l'on doit prendre l'épée et combattre les gouvernants qui n'observent pas la prière. Or il n'est pas permis de s'opposer violemment aux gouvernants que quand ils commettent une impiété claire que nous pouvons prouver grâce à une évidence venue d'Allah . A ce propos, Ubada Ibn Samit dit : « Le Messager d'Allah nous a appelés et nous lui avons prêté serment et il nous a engagés à l'écouter et à lui obéir dans ce qui nous attire comme dans ce que nous réprouvons ; dans ce qui nous est facile comme dans ce qui nous est difficile, de sorte à le préférer à nous-mêmes et à ne pas disputer le pouvoir à ses détenteurs, à moins, dit-il, que vous ne constatiez une impiété claire que pouvez prouver grâce à une évidence venue d'Allah » (rapporté dans les Deux Sahih). Ceci indique que l'abandon de la prière de la part des gouvernants, qui nous autorise à les combattre, constitue une impiété claire que nous devons pouvoir prouver grâce à une évidence venue d'Allah .

Si l'on dit : pourquoi pas penser que ces textes visent celui dot l'abandon de la prière repose sur la négation de son caractère obligatoire ?

Nous disons que cela n'est pas permis parce qu'il implique deux choses à éviter. La première consiste à annuler l'aspect considéré par le législateur et sur lequel il fait reposer le jugement. En effet, le jugement de l'infidélité est lié par le législateur à l'abandon et pas à la négation. De même il fait dépendre la fraternité en religion de l'observance de la prière et non de l'affirmation de son caractère obligatoire. En effet, Allah n'a pas dit : « S'ils se repentent et reconnaissent l'obligation de prier » et le Prophète n'a pas dit : « Seule la négation du caractère obligatoire de la prière sépare le fidèle de l'impiété et du polythéisme ou «l'engagement qui nous lie à eux repose sur la reconnaissance du caractère obligatoire de la prière. Quiconque en nie le caractère obligatoire est mécréant. » Si ce sens était voulu par Allah let son Messager , le fait de ne pas l'exprimer clairement serait contraire à la bonne explication pour laquelle le Coran est révélé.

A ce propos, le Très Haut dit : Et Nous avons fait descendre sur toi le Livre, comme un exposé explicite de toute chose, ainsi qu'un guide, une grâce et une bonne annonce aux Musulmans. [Sourate An-Nahl 16 :89] et dit à l'adresse de Son prophète : En vérité c' est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c' est Nous qui en sommes gardien. . La deuxième chose à éviter est de considérer un aspect dont le législateur ne fait pas dépendre le jugement. En effet, la négation du caractère obligatoire des cinq prières entraîne l'impiété de tout musulman qui n'a aucune excuse de l'ignorer. Qu'il pratique la prière ou pas. Si une personne acquittait les cinq prières en respectant leurs conditions, leurs parties essentielles, leurs pratiques obligatoires et leurs pratiques recommandées tout en niant sans excuse leur caractère obligatoire, elle n'en serait pas moins mécréante malgré son observance des prières.

De ceci ressort que le fait d'appliquer ces textes à celui qui abandonne la prière et nie son caractère obligatoire n'est pas juste. Ce qui est juste c'est que celui qui abandonne la prière tombe dans une impiété qui l'exclut de l'Islam. Cette idée est indiquée clairement dans un hadith rapporté par Abou Hatim dans ses Sunan d'après Ubada Ibn Samit qui a dit : « Le Messager d'Allah nous disait ceci en guise de recommandation : N'associez rien à Allah, n'abandonnez pas la prière. Quiconque l'abandonne délibérément s'exclut de l'Islam ». En plus, si nous interprétons «l'abandon » par «la négation », il serait inutile de spécifier la prière, car le résultat s'étendrait à la zakat, au jeûne et au pèlerinage. Car celui qui nie le caractère obligatoire de l'un de ces piliers et l'abandonne devient un mécréant, s'il n'est pas excusable pour son ignorance.

Comme les arguments textuels puisés dans la Révélation, les arguments rationnels aussi indiquent l'impiété de celui qui abandonne la prière. Car comment peut-on adhérer à la croyance tout en abandonnant la prière qui constitue le support de la religion et pour l'exhortation à laquelle a été rapporté des textes qui poussent toute personne raisonnable à l'observer ; et pour la mise en garde contre l'abandon de laquelle a été rapporté des textes qui incitent toue personne raisonnable à éviter son abandon ? Son abandon malgré ces facteurs implique absence de croyance.

Si quelqu'un dit : n'est il pas probable que l'impiété dont il est question dans le cas de celui qui abandonne la prière porte sur les bienfaits et ne serait pas celle qui exclut de la religion ? Ne s'agit-il pas d'une impiété en deçà de l'impiété majeure à l'instar des propos du Messager : « Deux actes perpétrés par les gens impliquent l'impiété : la remise en cause de la généalogie et les cris pour un mort » et ses propos : « insulter un musulman est un comportement de dévoyé et le combattre est une impiété » et des propos similaires ?

Nous disons que la théorisation de cette probabilité est invalidée par plusieurs facteurs :

Le premier est que le Prophète considère la prière comme la limite séparant la croyance et l'impiété et distinguant entre les croyants et les mécréants d'une façon nette. Ce qui est séparé par la limite ne peut pas se mélanger.

Le deuxième est que la prière constitue un pilier de l'Islam. Par conséquent, quand celui qui l'abandonne est taxé de mécréant, cela implique qu'il s'agit bien d'une impiété qui exclut son auteur de l'Islam car elle revient à détruire un des piliers de l'Islam, contrairement à l'impiété générale dont on qualifie celui qui commet n'importe quel acte de mécréance.

Le troisième est qu'il y a d'autres textes qui prouvent que l'impiété de celui qui abandonne la prière est bien celle qui exclut son auteur de la religion. Dans ce cas, il faut entendre par mécréance ce qu'indiquent des textes concordants.

Le quatrième est que l'usage des termes «l'impiété » subit des variations. A propos de l'abandon de la prière, il dit : « Seul ... sépare le serviteur du polythéisme et de l'impiété ». L'emploi de l'article «la » indique qu'il s'agit de la vraie mécréance. Sans l'article on comprendrait une impiété indéfinie. Il en serait de même de l'emploi du verbe qui signifierait qu'un tel acte implique une impiété ou traduit une impiété mais ne représente pas l'impiété absolue qui exclut son auteur de l'Islam.

Dans son ouvrage intitulé Iqtidha as-sirat al-mustaqim, p. 70 édition as-Sunna al-Muhamamdiyya, Cheikh al-Islam ibn Taymiyya dit en guise de commentaire des propos du Messager d'Allah : « Deux actes perpétrés par les gens impliquent une impiété .. » : « ses propos : impliquent une impiété signifient que ces actes constituent une impiété véhiculée par les gens. Les deux actes constituent une impiété car ils relèvent des actes de mécréance que les gens ne cessent de perpétuer. Mais il n'est pas dit que toute personne porteuse d'une portion de mécréance est nécessairement mécréante dans le sens plein du terme. Car il faudrait pour cela que sa mécréance soit pleine. De même, il n'est pas dit que toute personne porteuse d'une portion de croyance devient croyante à part entière. Car il faudrait qu'elle possède une croyance réelle. Aussi existe-t-il une différence entre «l'impiété » avec l'article défini qui est mentionné dans les propos du Prophète «Seul l'abandon de la prière sépare le serviteur de l'impiété et du polythéisme » et une impiété indéterminée citée dans une phrase affirmative ». Fin de ses propos .

S'il est clair que celui qui abandonne la prière sans excuse commet une impiété qui l'exclut de la religion aux termes des arguments présents, l'avis juste s'avère celui soutenu par l'imam Ahmad , qui correspond aussi à l'un des avis de Shafi'i sur le sujet d'après une affirmation d'Ibn Kathir dans le cadre de son commentaire des propos du Très Haut : Puis leur succédèrent des générations qui délaissèrent la prière et suivirent leurs passions. Ils se trouveront en perdition, [Sourate al-Kahf 19:59]

Dans son ouvrage intitulé As-salât, Ibn al-Qayyim affirme que cet avis est l'un des deux ainsi soutenus dans l'école shafi'ite et que at-Tahawi l'a rapporté directement de Shafi'i lui-même.

Cet avis s'atteste dans les propos de la majorité des Compagnons. Bien plus, d'aucuns disent qu'il fut l'objet d'un consensus en leur sein. Abd Allah Ibn Shaqiq dit : « L'abandon d'aucun acte n'était perçu par eux comme une impiété, hormis la prière » (rapporté par at-Tarmidhi, et al-Hakim l'a authentifié sur la base des conditions de Boukhari et Mouslim). Ishaq Ibn Rahouya, l'imam bien connu , a dit : « Il a été rapporté de façon sûre que le Prophète a dit que celui qui abandonne la prière est un mécréant. Ce qui a été l'avis des ulémas depuis l'époque du Prophète jusqu'à nos jours c'est que celui qui abandonne la prière délibérément sans excuse et persiste dans son attitude jusqu'à la sortie de l'heure de la prière est un mécréant. Ibn Hazm affirme que cet avis a été rapporté d'Omar , d'Abd Rahman Ibn Awf , de Mouadh Ibn Djabal , d'Abou Hourayra et d'autres compagnons. Et il dit : nous ne connaissons aucun compagnon qui aurait soutenu le contraire. Les propos d'Ibn Hazm ont été rapportés par al-Moundhiri dans At-targhib wa at-tarhib et il a ajouté les noms des Compagnons : Abd Allah Ibn Masoud, Abd Allah Ibn Abbas, Djabir Ibn Abd Allah et Abou Darda . Ensuite il dit : « En dehors des Compagnons, (l'avis est soutenu par ) Ahmad Ibn Hanbal, Ishaq Ibn Rahouya, Abd Allah Ibn al-Moubarak, an-Nakhai, al-Hakam Ibn Utba, Ayyoub as-Sikhtiyani, Ibn Harb et d'autres ».

Allah le sait mieux.

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 19:04

La manifestation de l'apostasie


- Extrait de "Questions et réponses sur Al Imane et Al Kufr" du Shaykh Abdel Aziz Ibn AbdAllah Al Rajihi, professeur et cotuteur de la section "croyance et écoles moderne" à l'université islamique Al Imam Muhammad Ibn Sa'oud à Riyadh.

 

Par quoi peut se manifester le mécréance majeure (kufr akbar) ou l'apostasie ? Est-ce spécifiquement lié à la croyance (I'tiqaad), le reniement (Juhud) et le démenti (Takzib) ou est-ce plus général que cela ?

Au Nom d'Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux,

Louange à Allah, Seigneur des Mondes, et que les Prières et le Salut de Dieu ainsi que Ses Grâces soient sur le serviteur d'Allah et Son messager, notre Prophète, Guide et Commandant, Muhammad Ibnu Abdillah, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ceux qui les ont suivit dans la bienfaisance jusqu'au jour du jugement.

En outre,

Quant à la mécréance et l'apostasie – que Allah nous en protège – elle se manifeste dans de multiples situations:

- Par le reniement d'un décret connue de la religion par nécessité
- Par l'accomplissement de la mécréance
- Par la prononciation de la mécréance
- Par le délaissement et la répulsion de la religion d'Allah

Aussi peut se manifester la mécréance dans la croyance (Kufr Bil I'tiqaad) lorsqu'on croit qu'Allah a une femme ou un enfant, ou qu'on croit qu'Allah a un associé dans Sa royauté, ou que Allah a un assistant dans cet univers, ou qu'on croit que quelqu'un concourt Allah dans Ses noms ou attributs ou actions, ou que quelqu'un est en droit d'être adoré en dehors d'Allah, ou qu'on croit que Allah est associé dans Sa divinité, alors on apostasie par cette croyance d'une grande apostasie expulsant de la religion.

Et la mécréance peut se manifester dans l'action, comme celui qui s'agenouille pour une statue ou qui pratique la magie ou qui se rend coupable de n'importe quel type de polythéisme, comme le fait d'invoquer autre qu'Allah ou d'égorger pour un autre qu'Allah ou fait un vœux à autre qu'Allah ou qu'il a déambulé ailleurs qu'autour de la maison d'Allah (la Ka'aba) pour se rapprocher par cela d'autres.

Et la mécréance peut se manifester dans l'action comme elle peut se manifester dans la parole. Et la mécréance se manifeste dans la parole comme dans le cas de celui qui insulte Allah ou qui insulte le Prophète ou qui insulte la religion de l'Islam ou qui plaisante sur Allah ou Son Livre ou Son Messager ou Sa Religion. Allah dit à propos d'un groupe qui lors de la bataille de Tabouk ont prit en raillerie le Prophète et ses compagnons:

Dis: "Est- ce d' Allah, de Ses versets et de Son messager que vous vous moquiez?" Ne vous excusez pas: vous avez bel et bien rejeté la foi après avoir cru[Sourate At-Tawba 9:65-66]

Il a donc affirmé leur mécréance après qu'ils aient eu la foi, et ceci est une indication que la mécréance se répercute dans l'action tout comme elle se répercute dans la croyance, tout comme elle se répercute aussi dans la parole comme nous l'avons vue dans le verset précédent où ces gens ont mécru par la parole.

Quant au fait qu'elle se manifeste dans le reniement (Juhud) et la croyance (I'tiqaad) ceux-ci sont la même chose, la différence entre les deux est que dans le reniement (Juhud) la personne renie une chose connue de la religion par nécessité (ma'loum minal dîn bil darourat), comme reniait la Royauté d'Allah ou la Divinité d'Allah ou le fait qu'Il est digne d'être adoré, ou qu'il renie un ange parmi les anges ou qu'il renie un prophète parmi les prophètes ou un livre parmi les livres révélés ou qu'il renie la résurrection ou le paradis ou l'enfer ou la récompense ou le jugement ou qu'il ignore l'obligation de la prière ou l'obligation de la zakat ou l'obligation du hadj ou l'obligation du jeûne ou qu'il renie l'obligation d'obéir aux parents ou l'obligation de maintenir les liens de parentés ou quoi que ce soit d'obligatoire parmi les choses connues de la religion par nécessité de même renier l'interdiction de l'adultère ou l'interdiction de l'usure ou l'interdiction de la consommation d'alcool ou l'interdiction de la désobéissance envers les parents ou l'interdiction de briser les liens de parentés ou l'interdiction des pots-de-vin ou de quoi que ce soit d'interdit parmi les choses connues de la religion par nécessité.

Aussi la mécréance par répugnance de la religion d'Allah et par le délaissement et le refus de la religion d'Allah, comme celui qui rejette la religion d'Allah en se détournant de celle-ci, il ne l'apprend pas et n'adore pas Allah et devient ainsi mécréant par ce détournement et ce délaissement. Allah dit:

Ceux qui ont mécru se détournent de ce dont ils ont été avertis[Sourate Al-'Ahqâf 46:3] Et Il () dit: Qui est plus injuste que celui à qui les versets d'Allah sont rappelés et qui ensuite s'en détourne? Nous nous vengerons certes des criminels[Sourate As-Sajda 32:22]

Donc la mécréance se manifeste dans la croyance et elle se manifeste dans le reniement et elle se manifeste dans l'action et elle se manifeste dans la parole et elle se manifeste dans le détournement et le délaissement et le rejet.

Et celui qui a été contraint de dire une parole de mécréance ou de faire un acte de mécréance alors il est excusé dans le cas où sa contrainte est imminente comme dans le cas où une personne le contraint avec la capacitéde le mettre à mort et qu'il le menace de mort en ayant la capacité réel de le faire ou qu'il met l'épée sur sa gorge, alors il est excusé dans cette situation s'il a fait la mécréance ou a prononcé la mécréance à condition que son cœur demeure plein de la sérénité de la foi, mais si son cœur est en tranquillité avec la mécréance alors il devient mécréant même s'il était sous la contrainte, et nous demandons à Allah le Salut et la Paix.

Il y a cinq cas pour celui qui commet la mécréance volontairement :

1 – S'il a fait la mécréance de manière posé (sérieuse) alors il mécroit
2 – S'il a fait la mécréance pour plaisanter (blaguer) alors il mécroit
3 – S'il a fait la mécréance par trouille (peur) alors il mécroit
4 – S'il a fait la mécréance par contrainte et que son cœur a été en tranquillité avec la mécréance alors il mécroit
5 – S'il a fait la mécréance par contrainte et que son cœur demeure plein de la sérénité de la foi alors il ne mécroit pas en vertu de la parole d'Allah :

Quiconque a renié Allah après avoir cru... - sauf celui qui y a été contraint alors que son cœur demeure plein de la sérénité de la foi - mais ceux qui ouvrent délibérément leur cœur à la mécréance ceux - là ont sur eux une colère d'Allah et ils ont un châtiment terrible[Sourate Al-Nahl 16:106]

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 18:24

L'avenir est pour l'Islam

 Par le Cheikh, Muhammad Nasirud Din Al Albani.

 

Allah dit: C'est Lui qui a envoyé Son messager avec la guidée et la Religion de Vérité, pour la placer au-dessus de toute autre religion, en dépit de l'aversion des associateurs

[Sourate Le Rang 61 : 9]

On nous annonce dans ce verset de bonnes nouvelles pour l'avenir de l'Islam, qui gagnera en domination, qui aura l'ascendant et qui régnera sur les autres religions. Certains peuvent croire que cela s'est réalisé au temps du Prophète et des califes (successeurs) biens guidés et des rois justes, mais ce n'est pas le cas. Seulement une partie de cette promesse véridique, fut accomplie à cette époque, comme le Prophète l'a annoncé (dans ses dires) : "La nuit et le jour ne disparaîtront pas avant que les (idoles) d'Al-Laat et d'Al-Ouzza ne soient adorées ".

Et Aïcha dit: "Ô Messager d'Allah! J'ai cru que lorsqu'Allah a révélé ce verset :

  C'est Lui qui a envoyé Son messager avec la guidée et la Religion de Vérité, pour la placer au-dessus de toute autre religion, en dépit de l'aversion des associateurs.

Que cela mettra fin à tout (polythéisme) "
.

Il me répondit : "Après moi, il y aura ce qu'Allah voudra". [Rapporté par Muslim (8/182) et AbuYa'la dans son Musnad (Q.216/2)]

 D'autres hadiths montrent à quel point l'Islam dominera, et ô combien il se propagera, si bien qu'il n'y a pas de doute en ce que l'avenir est dans l'islam, par la permission et la grâce d'Allah. Je vais citer ce que je pourrais de ces hadiths, en espérant qu'ils renforceront la détermination de ceux qui oeuvrent pour l'islam, et sera une preuve contre ceux qui y sont indifférent et ceux qui en ont désespérés.


Premièrement: "Allah m'a plié la terre d'Allah de sorte que j'ai pu apercevoir ses orients et ses occidents, le royaume de ma communauté serait la partie plié ". [Rapporté par Muslim (8/171) et Abu Daoud (no.4252), d'après Thawban]
 

Et encore plus clair et plus général que cela est le hadith:


Deuxièmement: " Cette religion atteindra ce qui est atteint par la nuit et le jour ; et Allah ne laissera pas de logement de brique, ni de fourrure, sans qu'il fasse que cette religion y pénètre apportant l'honneur ou l'humiliation. L'honneur qu'Allah donne à l'Islam et l'humiliation qu'Allah donnera à l'incrédulité "  [Rapporté par l'Imam Ahmad (4/103) et Ibn Hibban dans son Sahih (no.1631)]

C'est pourquoi il incombe aux musulmans de se préparer, en se tournant vers leurs Seigneur, en s'accrochant à Son Livre, en suivant la sounnah de Son Prophète , en se détournant de tout ce que Allah a décrété illicite et inconvenant au profit de ce qui Le satisfait, Lui le Parfait, Le Très-Haut. (Tiré de Tahdhiru s-saajid du Cheikh al Albânî p.119)


En effet il n'y a aucun doute sur le fait que l'accomplissement de cette domination nécessite que les Musulmans retournent à une force spirituelle, matérielle et armée de la part des musulmans, de façon à se qu'ils puissent triompher du pouvoir des mécréants et de le supprimer. Cette bonne nouvelle nous est transmise dans ce hadith.


Troisièmement: Ibn Qatîl rapporte : "Nous étions chez 'AbdAllah Ibn 'Umar quand quelqu'un lui demanda :

Laquelle des deux villes, Rome ou Constantinople, sera-t-elle prise en premier ?

'AbdAllah se fit alors apporter un coffre muni d'un anneau, dont il tira un écrit ainsi rédigé :

"Nous étions chez l'Envoyé d'Allah , quand on lui demanda :

Laquelle de ces deux villes, Rome ou Constantinople, sera-t-elle prise en premier ?

L'Envoyé d'Allah répondit :

C'est la ville d'Héraclius, c'est-à-dire Constantinople, qui sera prise la première." [Rapporté par Ahmad (2/176), ad-Darimi (1/126) et al Hakim (3/422)]


La première conquête mentionnée, a eu lieu entre les mains du renommé Muhammad Al Fatah al-Outhmani, et s'est déroulé plus de huit cents ans après que le Prophète ait prédit la conquête. La deuxième conquête aura donc lieu, par la permission d'Allah , et il est certain que vous en entendrez parler après un certain temps. Il n'y a également aucun doute sur le fait que la réalisation de la seconde conquête nécessite le retour du bien guidé califat à la communauté musulmane, ce qu'il (le Prophète) a prédit (dans ses dires) dans ce hadith.
 

Quatrièmement: " La prophétie restera parmi vous autant qu'Allah le souhaitera, puis Allah y mettra un terme quand il voudra. Il y aura alors le califat suivant la voie prophétique, qui restera parmi vous autant qu'Allah le souhaitera, puis Allah y mettra un terme quand il voudra. Puis viendra la royauté rude qui restera parmi vous autant qu'Allah le souhaitera, puis Allah y mettra un terme quand il voudra. Puis viendra la royauté tyrannique qui restera parmi vous autant qu'Allah le souhaitera, puis Allah y mettra un terme quand il voudra. Puis viendra alors le califat suivant la voie prophétique ". Puis le Prophète se tus. [Rapporté par l'Imam Ahmad (4/273), d'après An-Nu'man ibn Bashir]


La bonne nouvelle du retour de la force aux musulmans, et de leur capacité à utiliser la terre pour atteindre leurs buts, et du brillant avenir même dans les sphères de l'économie et de l'agriculture, est dans (ses) les dires du Prophète .


Cinquièmement: " L'heure ne sera pas établie avant que la terre des Arabes ne redevienne pâturages et rivières ". [Rapporté par Muslim (3/84) et Al Hakim (4/ 477) d'après Abu Hurayrah ]


Les premiers signes de la réalisation de ce hadith, a commencé à apparaître dans certaines régions d'Arabie, dans lesquelles Allah a déversé Ses bénédictions et faveurs si bien que de l'eau est extraite en abondance dans le désert, et demain est très proche pour celui qui patiente !
 

Nous devons savoir aussi que le hadith suivant :

"Un temps ne viendra pas à vous, sans que le suivant ne soit pire que le précédent, jusqu'à ce que vous rencontriez votre Seigneur" qui est rapporté par Al-Bukhârî d'après Anas , doit être compris à la lumière des précédents hadiths, mais aussi à la lumière d'autres hadiths comme les hadiths au sujet du Mahdi et aussi de la descente de 'Issa (Jésus)' alayhi salam qui montrent que ce hadith ne doit pas être compris comme étant particulier. Au contraire il est plutôt général et a des exceptions. Il n'est donc pas permissible que les gens le comprennent comme sans restrictions, de façon à ce qu'ils tombent dans le désespoir, attribut qu'aucun Musulman ne devrait avoir:

Ce sont seulement les gens mécréants qui désespèrent de la miséricorde d'Allah  
[Sourate Yousouf 12:87].

Je demande à Allah de faire de nous tous des Vrais Croyants.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2008 4 24 /01 /janvier /2008 23:53
Al ikhlas (la sincèrité dans le culte)

Chute Assalam Alaykoum

voici un audio traduction de Shaykh 'Abd Al 'Aziz Ar Râjihy autour du sujet de l'ikhlâs (la sincèrité dans le culte)

et cet extrait est issu de son explication de al qawâ-'id al arba' 

(les 4 règles )

Download raajihy_01.mp3 

 

 

 

 

durée 15 min environ

le cours entier en arabe ci dessous

http://www.sh-rajhi.com/rajhi/?action=DisplayLec&docid=25&page=Qawed00004.Htm

Partager cet article
Repost0